Partagez | .
 

 Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
le pinguson message
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 28
▪ Discussions : 216
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   10.06.14 19:27

Morgan Bradshow Rosanna Lantz
Disparais de mes pensées...
Participants ✦ Morgan & Rosanna
Statut ✦ Privé
Lieu ✦ Dans l'atelier de Rosanna Lantz.
Date ✦ Début juin.
Moment ✦ Environ vers 20h.
Météo ✦ Entre 6 et 7° sans doute.
Prévention -18 ✦ Non pas la peine.
PNJ ✦ Non.



Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.


Dernière édition par Morgan Bradshow le 17.06.14 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 28
▪ Discussions : 216
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   10.06.14 19:43

Je veux tout oublier de toi, je ne veux plus connaître la couleur de tes yeux, je ne veux plus revoir l'éclat de ton sourire, dans ma tête. Je veux tout oublier, jusqu'à ton prénom.  ♪♫ - Morgan Bradshow & Rosanna Lantz
 
Disparais de mes pensées...


   
C'était il y a deux jours. Deux jours et six heures environ que Morgan avait revue Rosanna. Qu'elle l'avait revue après quatorze ans d'absence. Avouer qu'on se croirait un film romantique ! Pourtant, tout ceci n'avait rien de romantique. Leurs retrouvailles en tout cas n'avaient pas été celles qu'on retrouve dans les films. Au contraire, leurs retrouvailles avaient été dramatiques. Du moins, c'était clairement comme ça que Morgan avait ressenti les choses. Le retour de Rosanna lui avait fait plus de mal que de bien même s'il lui avait aussi fait beaucoup de bien. C'était seulement parce qu'elle avait rêvé ce moment. Seulement parce qu'elle avait enfin pu lui dire tout ce qu'elle avait sur le coeur depuis quatorze longues années. Cependant, depuis deux jours, la vie de Morgan semblait encore plus chaotique qu'elle ne l'était avant de voir Rosanna. Morgan aurait pourtant pensé cela impossible mais tout pouvait arriver apparemment. De toute manière, plus rien n'étonnait Morgan. Rosanna était de retour alors qu'elle était censée être ailleurs. Comme par exemple, en Pennsylvanie, entourée des gens qu'elle aimait et de ces gens tellement croyants. Bref, les raisons qui avaient poussé Rosanna à revenir était encore inconnue pour la brune et c'était sans doute pour cette raison qu'elle pensait autant à Rosanna. En tout cas, c'était ce qu'elle voulait croire mais la vérité, elle était tout autre. La vérité c'était que si Morgan pensait autant à Rosanna depuis, c'était parce qu'elle avait fait renaître en Morgan des sentiments que la brune n'aurait jamais pensé ressentir de nouveau. Son coeur s'était emballé, comme avant, comme quand elle était âgé de seulement dix sept ans. Morgan avait passé les dernières années de sa vie à tout faire pour empêcher l'amour de prendre une nouvelle place dans sa vie, si bien qu'elle était persuadée de ne plus connaître ce qu'on était censé ressentir quand on était amoureux. Pourtant, en quelques secondes à peine, Rosanna avait réussit à lui rappeler. Oh oui, Morgan l'aimait toujours. Elle ne pouvait pas le nier. Elle n'avait jamais pu le nier d'ailleurs. Pourtant, elle était sûre d'une chose, elle n'avait pas envie de se remettre avec elle, pas envie de ressentir encore une douleur dans son coeur déjà beaucoup trop abîmé. Alors elle s'était seulement enfuie. Et elle avait beau se répéter qu'elle avait bien fait, son coeur et son corps tout entier appelait Rosanna. Elle avait besoin de la revoir. Elle avait besoin de sentir son coeur battre finalement. C'était stupide et masochiste mais c'était vital. Rosanna était peut être le sens que Morgan cherchait à sa vie, même si elle ne pourrait jamais avouer quelque chose comme ça.

Ce soir là, il était environ dix neuf heures et Morgan tournait en rond. Au sens figuré bien sûr mais ça revenait au même. Elle était assise sur son canapé, devant une télé allumé juste pour lui tenir compagnie et elle ne pensait qu'à une seule chose : Rosanna. Elle devait aller la voir. A cette heure avancée de la soirée, Rosanna ne serait sûrement pas à l'atelier mais Morgan devait essayer. Elle ne pouvait plus rester ici à ne rien faire. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle voulait la voir mais elle savait qu'elle devait le faire. Elle trouverait une excuse en arrivant sur place. Elle trouverait en tout cas quelque chose à dire. Du moins, elle l'espérait. Dans le fond, Morgan le savait. Elle aurait dû se contenter d'une soirée avec Grace. Sa petite soeur l'avait appelé dans l'espoir de passer un moment avec Morgan; elle n'allait pas très bien ces derniers temps; mais Morgan avait utilisé la technique du boulot. L'excuse du travail, elle l'utilisait souvent même si d'habitude, c'était vrai. Cette fois, ça ne l'était pas. Seulement, elle ne voulait pas dire à Grace qu'elle était retombée sur Rosanna. Grace l'aurait sans doute mise en garde et elle aurait eu raison. Après tout, Rosanna allait sûrement finir par repartir, dans son monde. Peu importe, Morgan devait la voir. C'était important si elle ne voulait pas devenir complètement folle. La jeune femme hantait tellement ses pensées, que non seulement, elle ne dormait pas mais elle n'arrivait pas non plus à travailler sérieusement. Elle devait mettre un terme à tout ça. Peut être que c'était ce dont elle avait besoin, mettre une fin à son histoire avec Rosanna. Alors c'était décidé, Morgan irait à l'atelier, en espérant que son ex amour soit encore là bas, lui cracher encore une fois sa colère au visage et lui demandant, la suppliant même s'il le fallait de quitter la ville. Non, Morgan ne voulait pas qu'elle reste. Elle ne voulait pas car elle savait qu'elle n'aurait pas la volonté de ne pas retomber dans les bras de la jeune femme. Rosanna avait toujours eu un pouvoir incroyable sur elle, ça ne risquait pas de changer.

Sur la route, Morgan avait pensé environ trois fois à faire demi tour. Seulement, elle avait décidé d'être courageuse pour une fois et de ne surtout pas prendre la fuite. Rosanna n'avait pas le droit de revenir dans sa vie après quatorze ans. La terre était suffisamment grande, elle devait partir de Fairbanks. Oui, c'était sûrement égoïste de réagir ainsi mais c'était plus fort qu'elle. Elle le savait, pour son bien être et surtout le bien être de son coeur, il fallait que Rosanna s'en aille. Rapidement et sans faire de dégâts cette fois-ci. Pourtant, c'était évident. Si Rosanna écoutait Morgan et qu'elle partait de nouveau, le coeur de Morgan ne le supporterait pas. Elle le savait mais elle savait aussi qu'il fallait mieux que ça arrive maintenant. Que ça arrive avant que les choses s'empirent. Avant que Morgan tombe dans les bras de la jeune femme par exemple. Cette pensée, elle aurait dû la garder à l'esprit tout le long du trajet et même en frappant à la porte de l'atelier. Seulement non, elle ne pensait plus qu'à une seule chose : elle allait revoir Rosanna. Encore une fois. Et pas après quatorze ans cette fois mais deux jours. Etre devant cet atelier lui rappelait des souvenirs. Des merveilleux souvenirs en fait. Morgan se souvenait de tous ces moments où elle venait chercher Rosanna et que celle-ci lui ouvrait la porte avec un immense sourire sur les lèvres. Cette fois, Rosanna risquait de l'accueillir différemment. Morgan souffla un grand coup devant la porte. C'était étrange de revenir ici. Terriblement étrange même. Morgan sentait de nouveau son coeur battre la chamade à l'intérieur de sa poitrine. Comment avait elle pu passer quatorze année sans ressentir des sentiments aussi forts ?!C'était tellement bons même si douloureux. En fait, cela la faisait se sentir vivante et ça faisait des années que ça n'était pas arrivé. Elle prit une profonde inspiration et se décida finalement à frapper aux carreaux de la porte. Morgan était terrifié mais elle faisait tout pour ne pas le montrer. Elle hésita d'ailleurs à s'enfuir en courant. Pourquoi était elle ici déjà ?! Soudain, elle ne s'en souvenait plus. La mort de Logan avait dû la chambouler plus qu'elle ne le pensait parce que si elle avait encore eu la tête sur les épaules, elle ne serait jamais venue dans cet atelier. Ou plutôt devant. Avec un peu de chance, Rosanna ne serait pas là. C'est d'ailleurs ce que pensa Morgan quand elle ne vit pas Rosanna arriver. Pourtant, alors qu'elle allait faire demi tour, la porte s'ouvrit et elle se retrouva nez à nez avec Rosanna. Encore une fois, son coeur se mit à battre à toute vitesse. C'était impossible que cette fille lui fasse autant d'effet. Ce n'était pas normale. Alors Morgan resta là quelques secondes, silencieuse à regarder Rosanna. Elle était tellement belle à cet instant précis et déjà Morgan se noyait dans son regard. Elle ne savait plus pourquoi elle était venue ici mais ce qu'elle savait, c'est qu'elle avait terriblement envie de l'embrasser. Juste pour ressentir encore une fois cette sensation. La sensation des lèvres de Rosanna contre les siennes. C'était stupide de penser à ça et sans doute encore plus stupide de le faire mais Morgan avait toujours été celle qui suivait le plus ses envies entre les deux femmes. Alors sans rien dire, elle s'avança vers Rosanna, passant le pas de la porte, elle attrapa le visage de Rosanna dans ses mains et avança encore un peu plus vers elle pour la faire reculer contre le mur. Les yeux de Morgan devaient crier le désir et la peur mais elle s'en fichait. Parce qu'à cet instant précis pourtant, elle n'avait pas peur. Elle ne pensait qu'à la sensation qui allait bientôt arriver sur ses lèvres quand elle poserait les siennes contre celles de la blonde. Cela faisait quatorze ans qu'elle attendait ça. Elle ne pouvait plus reculer alors elle se pencha doucement vers la jeune femme pour poser ses lèvres sur les siennes. Et très vite, le baiser était passionné. C'était sans doute le plus beau baiser que Morgan n'avait jamais donné et qu'on ne lui avait jamais donné non plus. Elle avait l'impression de flôtter. Littéralement. Son coeur battait si vite qu'il aurait pu exploser. Enfin ! Enfin, elle ressentait quelque chose en embrassant une fille. Enfin, elle retrouvait cette sensation qu'elle n'avait jamais oublié et qu'elle n'avait jamais ressenti depuis que Rosanna était partie.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et ce baiser en avait une également. A bout de souffle, elles décidèrent de se séparer. Ou plutôt, Morgan le décida. Elle décolla doucement ses lèvres de la blonde et resta là, son front collé à celui de Rosanna sans être incapable de dire ou de faire quoi que ce soit. Elle ne regrettait pas son geste non. Cela avait été beaucoup trop bon. Pourtant, elle savait qu'elle devait s'arrêter là. Qu'elle ne pouvait pas aller plus loin. Qu'elle devait maintenant lui dire de partir. De quitter la ville mais c'était devenu impossible après un baiser comme celui-ci. Elle finit par reculer légèrement et un sourire apparût ses lèvres. Un tendre et léger sourire. Elle devait des explications et pourtant, elle n'en avait aucune. Elle poussa donc un léger soupire. "Je suis désolée...Je..." Elle redressa enfin la tête vers Rosanna pour voir ses yeux. La pauvre, elle devait être aussi étonnée que Morgan par ce qui venait de se produire et sûrement plus car même si Morgan n'avait absolument rien prémédité, elle était tout de même la première responsable de ce baiser. "Je voulais savoir si je ressentirais toujours la même sensation qu'il y a quatorze ans..." avait elle dit un nouveau petit sourire sur les lèvres. Puisqu'elle ne savait pas quoi dire, elle avait opté pour la vérité. Parce que oui, la vérité, c'était qu'elle avait juste eu envie de ressentir encore une fois le bonheur que c'était d'embrasser Rosanna. Et c'était toujours pareille. Toujours aussi fort mais ça, elle ne devait pas lui dire. Elle ne pouvait pas le faire si elle ne voulait pas aller plus loin. Et elle ne voulait pas n'est ce pas ?! Pourtant, rien qu'en la regardant dans les yeux ainsi, Morgan ne désirait plus qu'une seule chose : recommencer. L'embrasser de nouveau. Oh oui, Morgan ne pouvait plus mentir à personne. Elle aimait encore cette femme. Elle l'aimait toujours aussi fort même.


   
fiche par blackheart. - image par crédit.



Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.


Dernière édition par Morgan Bradshow le 12.06.14 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 29
▪ Discussions : 318
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   11.06.14 17:18

Every night I empty my heart, but by morning it's full again. Slowly, droplets of you seep in through the night's soft caress. But don't I overflow with thoughts of us, an aching pressure that gives me no respite. Love cannot be contained; the neat packaging of desire splits asunder, spilling crimson through my days, long languishing days that are now bruised, tender with yearning, spent searching for a fingerprint, a scent, a breath you left behind.  ♪♫ - Morgan Bradshow & M.-A. Rosanna Lantz.
 
disparais de mes pensées...


   
Deux jours. Il y avait deux jours et quelques heures, son retour lui avait enfin paru bien réel. Cele faisait pourtant quelques temps qu'elle était revenue déjà. Elle avait déjà eu l'occasion de recroiser des visages familiers ou, simplement, de les apercevoir au détour d'une rue.  Malgré tout, ils n'avaient pas pu chasser cette impression de rêve. Ce sentiment qui lui avait parfois fait douté qu'elle était bel et bien là et non pas en train de rêver. Parce que dans le fond, qu'est-ce qui lui disait qu'elle n'était pas dans le coma quelque part, en train de rêver de cette ville qui était devenue si chère à son coeur sans qu'elle ne s'en rende compte ? Qu'est-ce qui lui prouvait qu'elle n'était pas allongée dans l'herbe avec ces amis voyageurs, tellement stone qu'elle s'imaginait cette vie ? Rien. Enfin, rien avant ce moment qui s'était passé il y avait de cela deux jours. Avant cette rencontre hasardeuse avec Morgan. La colère et la tristesse de Morgan lui avait fait réaliser qu'elle était bel et bien de retour à Fairbanks. Mais plus encore, le désir de Morgan de ne plus la revoir. Parce qu'elle le savait Rosanna, si elle était en train de rêver tout ça, les retrouvailles avec Morgan ne se seraient jamais passées de la sorte. Elles ne se seraient jamais terminées comme ça non plus. Alors oui elle était bien de retour et Morgan désirait qu'elle reste en dehors de sa vie. Une décision qu'elle comptait bien respecter, mais une décision qui faisait un mal de chien. Et quand bien même elle était persuadée que c'était ce qu'elle était venue chercher à Fairbanks, cette douloureuse réalisation que Morgan avait tiré un trait sur elle, ce n'était pas aussi simple d'encaisser le coup qu'elle ne l'aurait imaginé. En rentrant chez elle ce soir là, elle avait pleuré toute la soirée. Elle n'avait pas pu stopper ses larmes, comme si elles avaient déjà attendue quatorze ans pour couler et que leur patience avait atteint sa limite. Parce que oui, elle les avait retenue depuis aussi longtemps. Parce que les fois où elle avait eu envie de pleurer en pensant à Morgan avaient été nombreuses. Mais elle n'avait pas pu s'accorder le droit de pleurer. Pas par pudeur, pas par culpabilité, mais parce que cela aurait été déplacé, parce qu'ils auraient vu ça d'un mauvais œil. Parce qu'elle n'avait pas le droit de pleurer celle qu'elle avait aimé alors qu'elle était mariée. Ils n'auraient pas comprit. Elle n'avait pas eu envie d'avoir à leur expliquer. Alors ses larmes, elle les avaient retenue, elle en avait eu la force. Mais pas ce soir là, pas après avoir revue la brune. Pas après leur dispute, pas après le départ de Morgan. Elle ne pouvait pas, elle ne pouvait plus, les retenir. Le lendemain, elle avait essayé de se vider la tête en travaillant à l'atelier. Mais elle n'avait pas vraiment pu penser à autre chose pour être honnête. Peut-être parce que cet endroit lui rappelait trop de souvenir. Peut-être parce qu'elle n'avait tout simplement pas envie de penser au nouveau look qu'elle voulait lui donner.  Peut-être parce qu'elle se sentait tout simplement trop seule. Ainsi donc sa journée n'avait pas été productive, pas plus que sa soirée, qu'elle avait passée au bar pour quelques chansons avant de rentrer avec une belle inconnue. Parce que cette solitude, fallait bien qu'elle la noie quelque part, pas vrai. Parce que ce manque et ce besoin futile de se sentir aimée pour quelques heures, elle ne le trouverait pas ailleurs que dans les bras d'un ou d'une inconnue. Parce que Morgan ne voulait plus d'elle dans sa vie. C'était ainsi, c'était sa faute, elle n'avait pas le droit de s'en plaindre.

Alors, ce matin là, elle s'était levée, quand bien même elle aurait aimé rester au lit à se morfondre. Elle avait passé sa matinée à travailler chez elle, sur une broderie qu'elle devait terminer au plus tôt. Mais cela n'avait pas été facile d'avancer, parce qu'il n'y avait rien à faire, Morgan ne voulait pas sortir de ses pensées. Alors elle comprit qu'elle devait sortir, prendre un peu de bon temps, s'aérer. Encore que s'aérer dans un bar, ce n'est pas certain que cela soit efficace. Mais avec un peu de chance, elle croiserait une connaissance, pourrait passer une bonne après-midi. Elle espérait seulement que Jesus ne serait pas là, sinon tous ses efforts auraient été en vain. Et elle eu cette chance. La chance que le petit frère de son ex petite-amie n'ait pas lui aussi décidé de venir ici. En ce début de soirée, l'endroit commençait à regrouper déjà un bon nombre de personne. Elle s'installa au bar, l'endroit idéal pour avoir une vue d'ensemble sur le reste du lieux. L'endroit idéal pour repérer celui ou celle qui aurait la chance de rentrer avec elle. Parce que oui, c'était ça qu'elle était venue chercher. Quelqu'un avec qui passer un bon moment, quelqu'un qui lui ferait oublier Morgan, juste pour quelques heures -enfin, si elle avait de la chance-. Et elle trouva. Il ne lui fallu pas attendre bien longtemps pour être accostée par un homme. Il semblait un peu plus jeune qu'elle, c'était pas grave. Elle aimait ses cheveux blonds, elle aimait ses yeux verts, son sourire aguicheur. En faite, elle aimait tout simplement qu'il s'intéresse à elle et ils voulaient tous les deux la même chose, alors à quoi bon tourner trois heures autour du pot ? Avant même qu'elle ne puisse réagir, elle s'était retrouvée coincée entre un mur et l'homme. Il l'embrassait avec envie et elle… Elle pensait à Morgan. Elle pensait à combien les baisers de Morgan avait toujours eu un effet incroyable sur elle. Lui, il ne l'avait pas. Elle pensait à combien les lèvres de Morgan étaient douces contre les siennes. Pas les siennes. Et ainsi de suite. Des milliers de comparaisons qu'elle avait déjà faite autrefois. Avec Andrew, avec Esther et qu'elle continuerait à faire pour le reste de sa vie certainement. Elle aurait dû s'arrêter là certainement, comprendre que tout ça, ça ne servait à rien. Mais elle était trop stupide pour ça sans doute, parce qu'elle le conduit jusqu'à son atelier, endroit qui lui semblait le plus approprié que de l'emmener chez elle ou d'aller chez lui. Elle n'avait aucune notion de l'heure qu'il était, mais lorsqu'on frappa à la porte, elle était assise à califourchon sur lui, en jean et soutient-gorge. Elle fronça les sourcils alors qu'il lui embrassait le cou. Qui pourrait bien venir ici, à cette heure ? Elle n'en avait aucune idée et fini par se dire que cela devait être une erreur, alors elle reporta de nouveau son attention sur l'homme en dessous d'elle. Mais on tapa au carreau et là, elle soupira, repoussa l'homme, remit son haut et se décida à aller ouvrir. Qui que ce fut, il ou elle semblait vraiment vouloir la trouver.

Elle prit soin de se recoiffer légèrement avant d'ouvrir la porte, sans savoir pourquoi, comme si une petite voix le lui avait murmuré au creux de l'oreille. Une action qu'elle ne regretta pas quand ses yeux se posèrent sur Morgan après qu'elle eu ouvert la porte. Elle se tenait là, devant elle et elle n'en croyait pas ses yeux. Son coeur, encore une fois s'emballa, alors qu'elle aurait pourtant aimé qu'il ne réagisse pas. Il était déjà oublié l'homme qui l'attendait dans le fond de l'atelier, il n'avait jamais eu d'importance à ses yeux, mais encore moins maintenant qu'elle faisait face à Morgan. C'était horrible cette sensation. Celle qui la torturait alors qu'elle voulait plus que tout fermer la porte au nez de Morgan, la repousser pour l'oublier et qu'en même temps, plongée dans son regard, elle ne désirait qu'une chose, poser ses lèvres sur les siennes. Et elle était persuadée que c'était quelque chose qui n'arriverait plus jamais, pourtant, en sentant les mains de Morgan s'emparer de son visage, elle savait ce qui allait arriver. Elle le savait et elle ne fit rien pour l'empêcher. Parce qu'elle en avait envie. Oh Dieu oui qu'elle en avait envie, tellement que cela lui sembla une éternité avant que les lèvres de Morgan ne se pose sur les siennes. Et là, coincée entre le mur et Morgan, elle ne pu empêcher son coeur de se gorger de bonheur à cette sensation retrouvée lorsque leurs lèvres se rencontrèrent. C'était beau, c'était magique, c'était fort. Des papillons dansaient dans son estomac et ses jambes lui semblaient soudainement faible sous son poids. Dieu que ça faisait du bien d'être de nouveau embrassée par Morgan. Et elle lui rendit son baiser, oh ça oui. Elle n'osa pas poser ses mains sur la brune, de peur de la faire fuir, mais elle lui rendit son baiser. Et c'était passionné. C'était quatorze ans de séparation, quatorze ans d'amour perdu dans le vent. C'était ça et c'était encore plus. L'espace d'un instant, ce fut l'espoir d'un bonheur retrouvé. Juste un instant, parce qu'elle savait que cela ne durerait pas, qu'une fois à bout de souffle, Morgan se séparerait d'elle et ce serait terminé. Et oui, elle se demandait pourquoi la brune venait d'agir ainsi, mais elle préférait savourer cet instant. Les questions viendraient ensuite. Et elle avait eu raison, le baiser prit fin lorsqu'elles furent à bout de souffle. Rosanna, elle, elle aurait pu continuer à l'embrasser encore longtemps, même si cela voulait dire mourir d'asphyxie, mais Morgan décida de mettre fin au baiser, ce qu'elle respecta. La voir s'éloigner, c'était comme recevoir une douche froide. Ca fit envoler les prémisses d'espoir qu'elle avait eu, ça fit envoler cette sensation de bonheur. Mais Morgan sourit. C'était con, c'était rien qu'un sourire, mais pour Rosanna, c'était suffisant.  "Je suis désolée...Je..." Non. Elle ne voulait pas qu'elle soit désolée, vraiment pas. Et Dieu qu'elle se détestait de désirer autant Morgan tout en sachant qu'il pourtant préférable de l'oublier. Mais enfin, les questions arrivèrent. Pourquoi Morgan avait fait ça ? Pour la torturer un peu plus ? N'avait-elle pas dit qu'il était préférable qu'elles ne se revoient plus ? Que leurs vies étaient trop chaotique pour ajouter cela en plus ? Alors pourquoi ? Et elle eu la réponse. "Je voulais savoir si je ressentirais toujours la même sensation qu'il y a quatorze ans..." Un sourire se dessina alors sur ses lèvres. Elle, elle l'avait ressentit de nouveau cette sensation, comme avant. Cette sensation qu'elle avait recherché chez Andrew, chez Esther et qu'elle n'avait jamais retrouvé. Oh oui, elle l'avait ressenti de nouveau et c'était cruel de se dire que ce serait certainement la dernière fois. Pourtant, elle voulait savoir. « Et tu l'as ressentie? ». Oui, elle savait que ça risquait de lui faire du mal, mais elle voulait savoir, elle avait besoin de savoir.

Malheureusement, avant qu'elle ne puisse obtenir une réponse de la part de Morgan, un bruit derrière elle la ramena à la réalité. Morgan et elles n'étaient pas seule dans l'atelier. Il y avait aussi cet homme qu'elle avait abandonné pour elle voir qui était là. Cet homme qui n'avait pas perdu une miette de leur baisé et qui avait dorénavant un large sourire sur les lèvres. « Je peux participer? ». Elle grimaça. C'était typique ça. Et elle serra les dents, d'agacement. Le truc, c'était que maintenant que Morgan l'avait embrassée, lui, il lui paraissait drôlement naze à côté. Elle n'aimait plus ses cheveux blonds, ses yeux verts et son regard aguicheur. Il ne l'intéressait juste plus, parce Morgan rien que par sa présence, effaçait tout l'intérêt qu'elle avait bien pu lui trouver. « Dégages! ». Son ton était froid, sec, sévère. Elle avait le regard dur qui ne laissait aucun appel. Il n'avait plus aucune chance avec elle ce soir et il le comprit. Elle eu cette chance qu'il n'insiste pas, cette chance qu'il décide de se rhabiller et de partir, non sans les regarder avec insistance. Et elle avait honte maintenant. Honte que Morgan ai vu ce nouvel aspect d'elle. Celui qui la poussait à boire, celui qui la poussait à sortir le soir et à s'offrir à un inconnu. Elle baissa la tête en se retournant vers la brune. « Je… Je suis désolée… Je… Je… Je savais pas que tu viendrais... ». Oui, elle n'en savait rien, comment aurait-elle pu le savoir ? Elle avait dit à Morgan qu'elle pouvait venir si elle changeait d'avis, mais elle n'avait jamais imaginé que cela arriverait. Du moins pas si tôt.

   
fiche par blackheart. - image par crédit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 28
▪ Discussions : 216
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   12.06.14 0:48

Je veux tout oublier de toi, je ne veux plus connaître la couleur de tes yeux, je ne veux plus revoir l'éclat de ton sourire, dans ma tête. Je veux tout oublier, jusqu'à ton prénom.  ♪♫ - Morgan Bradshow & Zoey Casey
 
Disparais de mes pensées...


   
Embrasser Rosanna et même aller voir Rosanna n'avait sûrement pas été une bonne idée. D'accord, à la base, Morgan avait voulu y aller pour lui demander de quitter la ville. Mais avait elle le droit de demander ça ? Fairbanks ne lui appartenait pas et pour Rosanna aussi cette ville était importante et pleine de souvenirs. Il n'y avait pas que Morgan qu'elle avait connue là bas. Elle avait aussi rencontré des gens à qui elle tenait sûrement et qu'elle voulait revoir. Pourtant, ce soir là, Morgan voulait être égoïste. Elle voulait même être l'égoïsme pur. Il fallait que Rosanna parte, il le fallait vraiment et si elle avait ne serait ce qu'un peu de respect pour Morgan, alors elle le ferait. C'était ce qui avait motivé Morgan à aller jusqu'à chez Rosanna ce soir là ou plutôt jusqu'à l'atelier puisqu'elle ignorait de l'endroit où elle vivait maintenant. Le mieux aurait peut être été que Rosanna ne soit pas là. Ou alors, ça aurait peut être été que Morgan se tienne à ce qu'elle avait prévue de dire. Oui, le mieux aurait été sans aucun doute que Morgan se montre froide et colérique, comme lors de leur dernière rencontre, lui demandant, la suppliant même s'il le fallait de quitter la ville. Car il fallait vraiment que Rosanna parte. Qu'elle s'en aille et rapidement. Morgan ne savait pas vraiment si elle avait prévue de rester ou non et dans le fond, elle s'en moquait pas mal. Enfin c'est ce qu'elle voulait croire et faire croire au reste du monde. Non Morgan ne se fichait pas de savoir si Rosanna comptait rester ou non. C'était même très important. Cela pouvait tout changer. Parce que oui, Morgan l'avait envisagé. Elle avait même pensé à reprendre son histoire avec la blonde. Depuis deux jours elle ne pensait qu'à cela même si elle faisait tout pour le cacher à tout le monde et à elle même. Rosanna était revenue et ça chamboulait toute sa vie c'était évident. Cela réveillait une douleur qui ne s'était jamais vraiment endormie et ça faisait encore plus mal que toutes les douleurs qu'elle avait connue jusqu'à maintenant. Enfin peut être pas autant que la perte de Logan mais c'était quasiment la même chose. C'était peut être pour cela que dés que la blonde avait ouvert la porte, la seule à laquelle Morgan avait pensé était au plaisir qu'elle prendrait si elle posait enfin ses lèvres sur celles de Rosanna. Sur ses lèvres qui lui avait tant manqué. Elle n'avait pas réfléchit. Elle n'avait pensé à rien en fait. Juste à l'appel du désir que Rosanna lui faisait toujours ressentir. Juste à l'appel de son coeur. Morgan était experte quand il s'agissait d'écouter son coeur et malheureusement, elle n'écoutait pas assez sa raison car si elle l'avait fait, elle ne se serait sans doute pas retrouver dans une situation aussi dérangeante que celle dans laquelle elle allait se retrouver...

Ce n'était pas une excuse quand Morgan ouvrit enfin la bouche pour dire à Rosanna qu'elle voulait juste savoir si elle ressentirait la même sensation que quatorze ans auparavant. C'était la stricte vérité. En tout cas, c'était la seule vérité du moment puisque Morgan n'était pas capable de penser. Pas maintenant. Pas après ce baiser qui avait été si merveilleux. Le sourire qui s'était dessiné sur les lèvres de Morgan était sincère lui aussi. Il voulait simplement dire que ce baiser avait été génial et que tout ceci lui avait terriblement manqué. Oh oui, à tel point que durant environ une petite minute, elle hésita à recommencer. Elle hésita à se jeter sur la blonde pour l'embrasser de nouveau et même de lui faire l'amour dans cet atelier. Comme avant. Comme il y a quatorze années. Juste pour avoir le plaisir de toucher encore une fois le corps de Rosanna et peut importe si c'était la dernière fois. Pourtant, elle le savait, si elle faisait ça, elle devrait prendre une décision et l'idée de se remettre avec Rosanna l'a terrifiait. Elle lui briserait le coeur...Encore. C'était une évidence. Mais pendant une minute, elle s'en fichait. Parce qu'au moins, elle était enfin de nouveau vivante. Elle ressentait quelque chose et cela faisait quatorze ans que ça ne lui était pas arrivé. « Et tu l'as ressentie? » Morgan s'est mise à sourire de nouveau. Mais c'était un vrai sourire cette fois et il était destiné à Rosanna. En la regardant dans les yeux, Morgan s'apprêtait à répondre, elle allait lui dire la vérité. De toute manière, elle lui avait toujours dit la vérité. Elle allait lui dire que oui. Que c'était terriblement bon de ressentir ceci et peut être même qu'elle allait lui dire qu'elle l'aimait toujours. Mais Morgan n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit. Non. Une autre voix se fit entendre. La voix d'un homme. Elles n'étaient apparemment pas seule et Morgan se sentait d'un coup terriblement honteuse. Terriblement stupide aussi. Stupide d'avoir cru que les choses pourraient reprendre là où elles s'étaient arrêtées. C'était débile. C'était irréel et la réalité, elle était différente. La réalité, elle était un homme plutôt mignon et torse nu. « Dégages! » Morgan fût surprise du ton sur lequel Rosanna avait dit cela. C'était à la fois surprenant qu'elle réagisse ainsi dans une situation pareille et en même temps, c'était tellement elle. Son caractère épouvantable. En tant normal, elle aurait peut être sourit mais cette fois elle n'avait plus envie de sourire. Plus du tout même. Elle passa alors une main dans ses cheveux en soupirant. Elle était conne. Voilà ce qu'elle était. Rosanna avait tourné la page depuis quatorze ans et d'ailleurs, cela devait faire quatorze ans qu'elle ne couchait qu'avec des hommes alors c'était évident qu'elle ne désire pas remettre ça avec une femme, avec Morgan. Tout en regardant l'homme partir, Morgan passa une main sur sa bouche, presque honteuse et lança sans vraiment le contrôler un regard tueur à Rosanna. « Je… Je suis désolée… Je… Je… Je savais pas que tu viendrais... » Morgan laissa échapper un léger rire. Un rire totalement ironique. Un rire qui voulait dire tout ce que Morgan pensait d'elle même à cet instant précis et de Rosanna aussi. Car oui, elle ne pensait rien de vraiment bon de son ex petite amie même si elle n'avait absolument rien à lui dire. C'était pourtant clair, elles n'étaient pas en couple et cela depuis longtemps, Morgan n'avait rien à lui dire.

"Ne te justifie pas...Tu es libre de faire ce que tu veux, ce n'est pas comme si on était ensemble." Elle avait dit ça sur un ton froid et sec. D'ailleurs, ce fût le premier mensonge de toute la soirée. Bien sûre que Morgan avait envie que Rosanna se justifie. Elle avait envie qu'elle lui dise qui était ce mec, s'il était important ou non car à l'intérieur, Morgan crevait de jalousie. Comment pouvait elle ressentir ceci après quatorze ans ? Comment était ce possible que Rosanna ait toujours ce pouvoir sur elle ? Elle n'en savait rien mais elle détestait ce que Rosanna lui faisait ressentir. Elle détestait Rosanna à cet instant précis. Elle était revenue depuis seulement deux jours, ou en tout cas, elles s'étaient revues depuis seulement deux jours et déjà Rosanna lui brisait le coeur. Morgan leva les bras au ciel, comme pour signifier qu'elle avait été stupide de venir et pire de l'embrasser. C'était d'ailleurs exactement ce qu'elle pensait à cet instant précis. "Je..Tu sais quoi ? Je n'ai rien ressenti...Rien du tout. T'embrasser c'était comme embrasser la première fille que je croise dans la rue. On est très loin de la sensation que tu me faisais ressentir il y a quatorze ans..." Morgan avait dit ça d'une traite et il valait mieux car elle n'aurait jamais pu le dire sinon. C'était un mensonge. D'ailleurs, c'était la première fois qu'elle mentait à Rosanna sur ses sentiments, sur ses ressentis. C'était sans doute la colère qui l'a faisait parler. La colère et la jalousie sans doute. Elle détestait lui mentir mais elle n'avait pas le choix. Il valait mieux que Rosanna croit ceci après tout de son côté, elle était sans doute passé à autre chose. "J'étais venue te voir car je voulais te demander de quitter la ville. Mais en fait, tu peux rester, tu es apparemment passé à autre chose et moi...Moi aussi. Alors on pourra se croiser en ville sans qu'il y ait de malaise." Morgan avait dit ça en souriant avec une désinvolture incroyable si bien qu'elle se demandait à cet instant précis où elle avait trouvé des talents de comédienne. Car elle mentait et elle n'avait jamais su le faire mais cette fois, elle était plutôt douée. Rosanna avait de nouveau blessé son coeur et elle devait lui faire payer même si elle doutait qu'elle pouvait lui faire autant mal que celle-ci venait de lui faire. Après tout, c'était évident maintenant, elle ne pensait plus à Morgan.


   
fiche par blackheart. - image par crédit.



Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 29
▪ Discussions : 318
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   12.06.14 17:07

Every night I empty my heart, but by morning it's full again. Slowly, droplets of you seep in through the night's soft caress. But don't I overflow with thoughts of us, an aching pressure that gives me no respite. Love cannot be contained; the neat packaging of desire splits asunder, spilling crimson through my days, long languishing days that are now bruised, tender with yearning, spent searching for a fingerprint, a scent, a breath you left behind.  ♪♫ - Morgan Bradshow & M.-A. Rosanna Lantz.
 
disparais de mes pensées...


 
Morgan était venue. Contre toute attente, contre tout espoir, elle était venue. Certes, elle avait un timing absolument merdique, mais elle était venue. Et rien que ça, ça suffisait à réchauffer le coeur de Rosanna. Mais Morgan ne s'était pas contenter de venir, elle l'avait aussi embrassée, alors forcément son coeur battait fort dans sa poitrine et elle était heureuse. Vraiment heureuse. Comme elle ne l'avait plus été depuis longtemps. C'était bête, parce qu'elle savait que cela ne durerait pas, elle savait que cela n'aurait pas dû arriver non plus, pourtant, elle ne pouvait pas se défaire de ce sentiment de bonheur. Etre de nouveau embrassée par Morgan après toutes ces années, c'était comme remonter le temps. C'était comme avoir dix-sept ans à nouveau. C'était ressentir de nouveau ce sentiment qu'elle avait recherché toutes ces années. C'était un peu comme renaître, comme si on venait de nouveau d'emplir ses poumons d'oxygène -ce qui était paradoxale puisqu'après un tel baiser elle était à bout de souffle-. Et c'était douloureux aussi. Douloureux de savoir que cela ne durerait pas. Douloureux de savoir que Morgan regretterait certainement aussitôt son geste. Douloureux de savoir, de toutes façons, qu'elle gâcherait ce moment. Pas volontairement, mais elle savait que tôt ou tard l'homme qu'elle avait ramené se montrerait. Elle savait que sa présence gâcherait tout. Et elle avait eu raison. Il avait vu leur baiser, ce qui lui avait sans aucun doute donné des idées et il avait tout gâché.  Parce qu'il avait fait s'envoler ce sentiment de bonheur pour faire naitre celui de honte. Parce que c'était ça ce poids sur son coeur, de la honte. Si il y avait bien une chose qu'elle aurait aimé caché à Morgan, plus que tout le reste, c'était bien cette nouvelle habitude de combler sa solitude dans les bras de parfaits inconnus. Peut-être parce qu'elle n'aimait pas cette nouvelle facette d'elle même, peut-être parce qu'elle n'avait pas envie de lui avouer qu'elle ne l'avait pas oublié. Certainement parce que cela allait à l'encontre de ses croyances aussi. Elle le savait, elle le savait que si les membres de sa communauté l'avaient su, ils l'aurait jugé encore plus durement. Elle savait que s'ils avaient entendu le récit de ces deux dernières années, ils l'auraient considérée comme possédée par le démon. Et elle n'en était pas fière. Parce que leurs croyances étaient aussi les siennes. Sauf qu'elle avait toujours beaucoup moins respecté les textes au pied de la lettre. Sinon, elle n'aurait jamais pu tomber amoureuse de Morgan. Et ils avaient prit son écart avec Esther comme un acte de rébellion plus que comme une vrai attirance pour le même sexe… Oh s'ils avaient su. Mais elle n'avait jamais rien dit, parce qu'ils n'avaient jamais voulu qu'elle leur parle de ces années à Fairbanks. C'était mieux ainsi finalement. Et puis surtout, cela n'avait plus d'importance aujourd'hui. L'important, c'était que Morgan venait de l'embrasser et qu'elle avait, sans le vouloir, gâcher ce moment.

Alors bien sûr, elle avait cherché à se justifier. Et c'était la simple vérité, elle ne s'était pas attendue à voir Morgan. Si elle avait eu ne serait-ce que l'espoir de la voir débarquer, sans doute serait-elle restée seule, à attendre ce jour. Mais pour elle, Morgan avait été clair, elle ne voulait plus l'avoir dans sa vie, alors elle avait été noyer sa douleur dans les bras d'un bel inconnu. Grossière erreur, mais elle semblait être devenue experte en la matière visiblement. Le rire de Morgan ne présageait rien de bon, mais surtout, il lui fit mal. Mal parce qu'elle ne pouvait s'empêcher de se dire que Morgan devait la voir comme une trainée maintenant et descendre aussi bas dans l'estime de Morgan, ça faisait vraiment mal. Cela n'aurait pas dû pourtant. Elle aurait dû ne rien en avoir à foutre. Après tout, Morgan n'avait plus son mot à dire sur ce qu'elle faisait de son corps. Oui, mais voilà, Rosanna aurait aimé que cela soit le cas. Et au fond d'elle, elle savait que si la situation avait été inversé, elle aurait été animée d'une jalousie qu'elle aurait eu du mal à contrôler. "Ne te justifie pas...Tu es libre de faire ce que tu veux, ce n'est pas comme si on était ensemble." Comme l'écho de ses propres pensées, Morgan venait de rendre les choses encore plus douloureuses. Oui, elles n'étaient plus ensemble. Oui c'était de sa faute et oui elle le regrettait amèrement. Elles devaient vraiment arrêter de ce revoir. Il le fallait, Rosanna en prenait finalement conscience. Continuer de se voir de la sorte ne ferait qu'amplifier leur douleur. Du moins la sienne. Parce qu'à force de croiser Morgan, elle aurait de plus en plus envie de l'embrasser, d'être dans ses bras, de la voir sourire… De l'aimer, tout simplement. Hors, c'était pourtant tout le contraire qu'elle était venue chercher. Idiote qu'elle était. Mais c'était comme ces larmes finalement, son amour, elle l'avait enterré pendant trop longtemps et maintenant, il ne demandait plus qu'une chose, ressortir au grand jour. Et elle n'était pas certaine d'avoir la force de le retenir éternellement. "Je..Tu sais quoi ? Je n'ai rien ressenti...Rien du tout. T'embrasser c'était comme embrasser la première fille que je croise dans la rue. On est très loin de la sensation que tu me faisais ressentir il y a quatorze ans..." On aurait bien pu la poignarder en plein coeur à cet instant, cela aurait fait aussi mal. Morgan n'avait rien ressenti. Elle était revenue au simple rang d'inconnue dans la rue, et ça, c'était dur à encaisser. Si dur que sa gorge se serra et qu'elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle ne voulait pas croire Morgan, vraiment pas, mais le simple fait que la brune soit prête à mentir à ce sujet, c'était douloureux. Elle avait maintenant les yeux humides mais elle arrivait à retenir ses larmes. "J'étais venue te voir car je voulais te demander de quitter la ville. Mais en fait, tu peux rester, tu es apparemment passé à autre chose et moi...Moi aussi. Alors on pourra se croiser en ville sans qu'il y ait de malaise." Cette fois, elle serra les dents, notant au passage qu'elle faisait beaucoup cela en présence de Morgan ces derniers temps. Parce qu'elle retenait des mots qu'elle n'osait pas prononcer, parce qu'elle retenait une vérité à laquelle elle ne voulait plus penser. Tout simplement parce qu'elle avait bien des choses à dire à Morgan mais qu'elle n'était pas sûre que le moment soit bien choisi, pas sûre que la brune soit prête à les entendre. Pourtant, les dernières paroles de Morgan la firent réagir plus qu'aucune autre.

Elle se passa une main dans les cheveux en soufflant. Elle sentait un brin de colère s'emparer d'elle. Une colère qui n'était pas justifiée, elle le savait, mais qui était là tout de même. « Passer à autre chose ? Ca fait quatorze ans que j'essaie et que je n'y arrive pas. ». Etrangement, elle avait prononcé cette phrase avec un calme dont elle ne se serait pas imaginée capable à cet instant. Mais c'était la vérité et cette fois elle n'avait tout simplement pas pu la laisser croire qu'elle était passée à autre chose. Oui, elle se souvenait ce qu'elle lui avait dit il y avait de jour. Qu'elle avait accepté de laisser croire à Morgan ce qu'elle voulait tant qu'elle n'était pas prête à entendre la vérité. Mais là, elle n'avait juste pas pu. Elle laissa à son tour échapper un rire, mais il n'avait rien de joyeux ou d'ironique. Il était juste triste. Atrocement triste même. Il allait très bien avec ces yeux toujours humides. « Mais s'il y a bien une chose que ton monde m'a apprit, c'est qu'il existe un million de façons d'oublier ce qui nous ronge. Cet homme, là, c'en était une. ». Il aurait tout aussi bien pu être de l'alcool, de la drogue, ou n'importe quoi d'autre. Il n'avait aucune importance pour elle. Aucune. Pourtant, elle aurait dû le laisser croire à Morgan. Elle aurait dû, mais elle n'avait pas pu. C'était con, cette faiblesse qu'elle avait face à Morgan. Cette faiblesse quand il était question de tout ça. Elle aurait aimé être plus forte, elle capable de mentir froidement. Mais elle ne pouvait pas, parce que c'était ce qu'elle avait fait pendant quatorze ans et qu'elle en était fatiguée aujourd'hui. « Et je me doute que tu t'en fiche pas mal. Mais moi je l'ai ressentit tu sais. Cette sensation de bonheur incontrôlable quand tes lèvres ont touchées les miennes. Je le sais que je devrais pas, mais j'y peu rien c'est comme ça. ». Cette fois, elle ne pu retenir quelques larmes qui coulèrent le long de ses joues. C'était vrai tout ça, elle l'avait ressentit, bien trop fort. Et c'était douloureux de lui avouer après qu'elle lui ait avoué ne rien avoir sentit elle. Mais qu'importe, Rosanna, elle n'avait pas la force de mentir à Morgan. Pas sur ses sentiments. Oh, elle ne lui dirait pas qu'elle l'aimait toujours, mais elle ne lui mentirait pas. Elle ne le pouvait pas. Du revers de la main, elle essuya ses larmes et se reprit. « Mais je te l'ai dit, si c'est ce que tu veux, je te donnerais l'impression de ne pas être ici. Je ne m'imposerais pas dans ta vie. Mais s'il te plais… S'il te plais, ne viens pas ici pour m'embrasser et me dire ensuite que tu aimerais que je dégage. Ca fait mal. Je sais que je le mérite. Mais ça fait mal. ». Elle pouvait faire des efforts pour disparaître, pour n'être qu'un fantôme. Mais Morgan n'avait pas le droit de débarquer comme ça ici et d'agir de la sorte. Oui, elle avait commis une erreur en partant, mais elle en souffrait déjà suffisamment, il n'était pas nécessaire d'aggraver sa sentence.

 
fiche par blackheart. - image par crédit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 28
▪ Discussions : 216
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   12.06.14 18:47

Je veux tout oublier de toi, je ne veux plus connaître la couleur de tes yeux, je ne veux plus revoir l'éclat de ton sourire, dans ma tête. Je veux tout oublier, jusqu'à ton prénom.  ♪♫ - Morgan Bradshow & Zoey Casey
 
Disparais de mes pensées...


   
Comment peut on aimer à ce point ? Comment peut on aimer au point d'avoir l'impression d'être lié à quelqu'un ? D'avoir l'impression d'être vivant seulement quand on est en présence de cette personne si exceptionnelle; qui ne le serait pourtant pas aux yeux d'un autre; d'avoir mal au point d'avoir l'impression que quelqu'un nous enfonce un couteau dans le coeur quand cette personne nous fait du mal. Morgan s'était souvent demandée comment c'était possible qu'elle soit à ce point amoureuse de Rosanna. Elle qui n'avait jamais cru à l'amour. Elle qui pensait qu'il s'agissait seulement d'une invention des gens pour se donner l'impression de ne pas vivre seuls. Aujourd'hui, elle savait mieux que quiconque que l'amour existait. Elle savait ce qu'était le grand amour. Elle l'avait vécu. Sûrement plus tôt que la plupart des gens. Elle n'avait que seize ans à l'époque et déjà elle avait ce sentiment d'être lié à Rosanna. Elle le savait, dés le début, qu'elle n'arriverait jamais à cesser de l'aimer. Alors elles avaient été naïves et stupides aussi. Elles avaient essayé. Elles s'étaient lancé dans une histoire en sachant pertinemment que la fin serait douloureuse. Quelle histoire qui commence aussi tôt peut durer toute la vie ?! Aucune sans doute. Pourtant, depuis quatorze ans, Morgan ne cessait de se demander ce qui se serait finalement passé si Rosanna était restée. Elle en était convaincue. Elles s'aimeraient toujours. Quatorze années avaient passé, quatorze années durant lesquelles, elles ne s'étaient pas vue et pourtant c'était une évidence elles s'aimaient toujours. Leurs retrouvailles en étaient bien la preuve. C'était comme toujours entre elles, passionnels et sûrement trop destructeur. Elles en avaient eu des disputes où Morgan avait le sentiment que son coeur allait cesser de battre tellement Rosanna lui faisait du mal. Plusieurs fois aussi, Morgan avait su comment faire du mal à Rosanna. Elle savait quel sujet commencer. Par exemple, la religion ou d'autres choses. Elles étaient des expertes quand il s'agissait de se faire du mal. Oh rassurez vous, elles étaient aussi des expertes pour s'aimer. Pour se faire du bien, pour se rendre heureuses mais cela faisait trop longtemps qu'elles ne l'avaient pas fait. Passant leur temps à se détruire à petit feu, seule, chacune de leur côté, en étant totalement incapable de passer à autre chose.

Oui c'était un mensonge. Un véritable mensonge que Morgan venait de dire à Rosanna. A celle à laquelle elle n'avait pourtant jamais mentie jusqu'ici. Est ce que Rosanna la croyait ? Sans doute pas. Ou alors peut être que Morgan était devenue une comédienne hors pair mais dans tous les cas, elle n'était pas logique. Elle disait à Rosanna qu'elle se fichait éperdument d'elle maintenant alors qu'elle venait de l'embrasser. Ce n'était pas logique. En même temps, Morgan avait beau être quelqu'un d'assez logique et d'avoir les pieds sur terre, quand elle s’engueulait avec quelqu'un d'important, elle était assez douée pour le ou la blesser. Elle avait toujours été comme ça. Déjà à l'époque où elle n'était qu'une adolescente. Morgan n'était pas un monstre. Elle était juste trop entière. Trop orgueilleuse et trop caractérielle peut être aussi. Alors oui, c'était exactement ce qu'elle avait cherché à faire en prononçant ces dernières paroles. Faire du mal à Rosanna. Autant qu'elle lui en avait fait. C'était horrible mais elle voulait qu'elle souffre. On est pourant censé vouloir le bonheur des gens qu'on aime non ?! Mais à cet instant précis, c'était la jalousie qui parlait. Pas Morgan. Juste la jalousie qu'elle ressentait en voyant cet homme qui allait sans aucun doute coucher avec la fille dont Morgan rêvait depuis des années. Elle ne reconnaissait pas Rosanna. C'est  vrai, la fille qu'elle avait connue n'était pas comme ça. Au début en tout cas. Elle était même coincée parfois. Rosanna croyait en Dieu. Elle avait des principes, elle était même bourré de principes. Peut être que c'était de la faute de Morgan, peut être que c'était parce qu'elles s'étaient rencontrées que Rosanna avait autant changé. Dans les faits, Morgan n'était pas mieux. Il lui arrivait de coucher à droite à gauche à elle aussi mais elle n'aurait jamais pensé que Rosanna en soit capable...Pas la Rosanna dont elle se souvenait en tout cas.

Flash Back :

"Morgan...On ne peut pas...Je ne peux pas faire ça. C'est pas...Tu es une femme et je suis une femme." Morgan poussa un long soupir, passant une main dans ses cheveux bruns. Elle ferma doucement les yeux, le corps appuyé contre le petit meuble qui se trouvait derrière elle, dans cet atelier où elle passait le plus clair de son temps depuis quelques semaines. Elle était en compagnie de Mary-Ann; c'était toujours ainsi qu'elle l'appelait à l'époque. Ca avait été leur premier baiser. Il avait été fantastique. Tellement différent surtout. Différent de tous les baisers que Morgan avait échangé avec des filles auparavant. De toute manière, elle l'avait su dés le début. Dés qu'elle avait croisé Mary-Ann que ce baiser serait fantastique. Et elle ne s'était pas trompée. Elle avait attendue. Attendue que Mary-Ann soit prête et qu'elles soient seules aussi. Une chance, Saul était sorti ce jour là et Morgan était venue tenir compagnie à Mary-Ann qui était en train de broder quelque chose dont finalement, Morgan se fichait complètement. Ce qu'elle voulait c'était juste être avec elle. Mais voilà, il y avait eu ce baiser. Mary-Ann s'était relevée, étant tout d'un coup trop proche de Morgan, et leurs lèvres s'étaient touchées. Ce baiser avait fait battre le coeur de Morgan tellement fort qu'elle avait faillit s'enfuir en courant. Oh oui, elle avait peur. Peur de ce que lui faisait ressentir Mary-Ann mais en même temps, elle voulait aller au bout. Elle voulait savoir ce qui adviendrait. Elle ne pouvait pas savoir à l'époque que se serait peut être une erreur. "Mary-Ann, je ne suis pas désolée d'accord. T'embrasser j'en rêve depuis des jours. Et c'était..." Elle se mit à sourire mais finalement décida que ce n'était peut être pas une bonne idée. "Mary-Ann, j'ai envie d'être avec toi, vraiment avec toi." Alors oui, elle était une femme mais ce n'était pas important pour Morgan. Il faut dire qu'elle avait depuis longtemps compris son attirance pour les filles et qu'elle avait finit par se faire à l'idée. "Morgan je...Je n'ai pas le droit de faire ça...C'est contre..." Morgan soupira de nouveau. "Contre quoi ? Contre nature ? Contre Dieu ? Laisse un peu tomber ton Dieu Mary-Ann, on ne sait même pas s'il existe." Mary-Ann fronça les sourcils. Comme à chaque fois, elle avait horreur quand Morgan faisait ce genre de réflexion mais malheureusement, Morgan ne pouvait pas s'en empêcher. "Je déteste quand tu dis ce genre de chose. C'est important pour moi. " Alors Morgan soupira de nouveau mais elle s'approcha de Mary-Ann cette fois, lui attrapant les mains. Un léger sourire sur ses lèvres. "Je suis désolée tu as raison...Mais je veux être avec toi. Et je ne suis pas sûre que l'amour soit...Que ce soit quelque chose que Dieu puni, au contraire. J'attendrais. Je te le promets parce que je veux vraiment être avec toi."

Fin

Et voilà, Morgan était exactement au même endroit que celui où elles avaient échangé leur premier baiser. Appuyée là encore contre ce petit meuble qui n'avait pas bougé en quatorze ans. Des souvenirs lui revenaient en tête. Elle en avait tellement dans cet atelier mais ce n'était pas suffisant à calmer sa douleur. Au contraire. Rosanna n'était plus la même que celle qu'elle avait connue. Elle était différente. Peut être que Morgan l'était aussi mais pendant quelques minutes, elle avait été prête à tourner la page. A oublier leur rupture. A oublier son coeur brisé juste pour laisser Rosanna le réparer. Juste parce que malgré tout ce qu'elle pouvait dire ou laisser penser, elle n'avait jamais eu autant besoin de Rosanna qu'en ce moment. Logan n'était plus là. Logan était mort et c'était atrocement douloureux. Il lui fallait son autre moitié. Il lui fallait cette autre personne avec laquelle elle se sentait si liée. Il lui fallait Rosanna. Mais apparemment, Rosanna, elle avait décidé de tourner la page. « Passer à autre chose ? Ca fait quatorze ans que j'essaie et que je n'y arrive pas. ».  Ah oui, elle avait plutôt l'air d'y arriver. Non, Morgan le savait ça ne voulait rien dire. Elle avait aussi couché avec des femmes durant quatorze ans et ce n'était pas pourtant qu'elle avait oublié son premier amour. « Mais s'il y a bien une chose que ton monde m'a apprit, c'est qu'il existe un million de façons d'oublier ce qui nous ronge. Cet homme, là, c'en était une. » Morgan laissa une nouvelle fois échapper un rire légèrement ironique et empreint d'une certaine part de tristesse aussi. Ce que Morgan avait toujours aimé en Rosanna c'était justement le fait qu'elle n'appartenait pas à ce monde et que grâce à ça, elle était différente. C'était apparemment du passé. « Et je me doute que tu t'en fiche pas mal. Mais moi je l'ai ressentit tu sais. Cette sensation de bonheur incontrôlable quand tes lèvres ont touchées les miennes. Je le sais que je devrais pas, mais j'y peu rien c'est comme ça. » Là c'était douloureux. A tel point que Morgan appuya un peu plus son corps contre le petit meuble à l'arrière. Sans doute parce que ses jambes étaient lourdes et tremblantes tout d'un coup. Elle avait menti à Rosanna. Elle avait ressenti la même chose qu'elle. Elle aurait pu lui dire mais elle n'en avait pas la force. Pas après ce soir. Pas après ce mec. Alors elle serra les dents. C'était préférable car de toute manière, Rosanna pouvait le voir, elle était touchée. Ses yeux brillaient, sans doute empreint de larmes, comme à chaque fois qu'elle était touchée mais qu'elle ne voulait pas se mettre à pleurer. Rosanna, elle, elle pleurait. Quelques larmes s'étaient écoulées sur ses joues et Morgan détestait ça. Elle détestait la voir comme ça. Elle l'aimait après tout. Elle savait qu'elle y avait été trop fort. Que ses mots avaient été violents mais elle était incapable de revenir en arrière. Avec les années et la douleur, elle était devenue encore plus capable de se montrer comme un monstre sans coeur. Alors que pourtant, elle en avait un et il n'avait jamais battu aussi vite. « Mais je te l'ai dit, si c'est ce que tu veux, je te donnerais l'impression de ne pas être ici. Je ne m'imposerais pas dans ta vie. Mais s'il te plais… S'il te plais, ne viens pas ici pour m'embrasser et me dire ensuite que tu aimerais que je dégage. Ca fait mal. Je sais que je le mérite. Mais ça fait mal. » Oui, elle n'avait pas le droit de faire ça. Là dessus, Rosanna marquait un point. Pourtant elle l'avait fait et elle ne le regrettait pas. Parce qu'elle l'avait ressenti une nouvelle fois. Cette force. Cette puissance. Cette électricité et elle ne pouvait pas regretter d'avoir ressenti cela encore une fois, après quatorze ans sans. Elle passa une main sur sa bouche et se mordit la lèvre inférieur pour garder son calme. Ou plutôt ses larmes. Elle devait répondre quelque chose et pourtant, elle se sentait soudain impuissante.

Elle aurait pu décider de partir. Elle aurait peut être dû le faire mais non, elle préféra rester. Même si c'était pour s'engueuler avec Rosanna. Même si ça faisait mal. C'était toujours mieux que d'être seule chez soi avec sa peine. C'était horrible mais c'était réel. Elle était vivante. Enfin ! "Comment peux tu me dire que tu n'es pas passé à autre chose alors que je viens de te trouver avec un homme à moitié nu ? Et  à seulement 20H du soir... Tu crois que ton Dieu approuverait ?" C'était méchant. Surtout que c'était dit sur un ton froid et sec mais le souvenir de leur premier baiser était dans la tête de Morgan à cet instant précis. Non, en réalité, elle ne jugeait pas vraiment Rosanna mais elle voulait qu'elle le croit. "La Rosanna que j'aimais et que je connaissais, elle n'aurait jamais fait ça." Là, elle n'avait pas tord. Rosanna avait changé, c'était indéniable et même elle ne pouvait pas le nier. "Je suis désolée d'avoir débarquée comme ça et de t'avoir embrassé. Mais c'est de ta faute Rosanna. C'est toi qui est revenue foutre un bordel pas possible dans ma vie, dans ma tête et dans mon...." Mon coeur mais ça elle ne voulait pas le dire. Elle avait prononcé sa phrase sur un ton fort et froid là encore. Elle était en colère. Oh oui, sa colère ne disparaissait pas. Et surtout elle était un moyen de cacher ce que Morgan ressentait vraiment. Elle était un moyen de ne pas lui dire qu'elle avait aimé ce baiser. Qu'elle était toujours amoureuse. Car elle le savait maintenant. Il ne servait plus à rien de mentir à elle même en tout cas. Elle était folle amoureuse de cette fille. C'était évident. Elles étaient toujours liées. Sinon, ce baiser n'aurait pas été aussi formidable. Elle poussa un soupire comme pour trouver la force de se calmer. Elle se décala quelques peu du petit meuble et avança vers Rosanna et vers la porte. Pourtant, lorsqu'elle fût proche de la porte, elle décida de ne pas partir. Elle avait besoin de réponse. Elle avait besoin de savoir ce que Rosanna faisait vraiment ici. Zoey lui avait dit, elle avait été stupide de ne pas demander plus d'explication et elle comptait bien le faire maintenant. Alors elle soupira et se tourna vers son amie dont les larmes commençaient à disparaître. Elle ne lui avait pas laissé le temps de répondre quoi que ce soit. Et c'était une bonne chose alors avant que Rosanna prenne la parole, Morgan décida que c'était à elle de parler. Qu'elle avait le droit de savoir. "Pourquoi tu es revenue ? Pour combien de temps ? Je veux la vérité. Je veux tout savoir." Saul ne pouvait pas être la seule raison. C'était impossible. Son ton était autoritaire. Il cachait là encore la réalité des ressentis et des émotions de Morgan. En fait ce qu'elle voulait, c'était pleurer ou embrasser Rosanna. Mais elle était en colère. Elle était jalouse et elle était malheureuse alors était elle excusable de réagir ainsi ? Peut être...


   
fiche par blackheart. - image par crédit.



Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 29
▪ Discussions : 318
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   13.06.14 19:39

Every night I empty my heart, but by morning it's full again. Slowly, droplets of you seep in through the night's soft caress. But don't I overflow with thoughts of us, an aching pressure that gives me no respite. Love cannot be contained; the neat packaging of desire splits asunder, spilling crimson through my days, long languishing days that are now bruised, tender with yearning, spent searching for a fingerprint, a scent, a breath you left behind. ♪♫ - Morgan Bradshow & M.-A. Rosanna Lantz.
disparais de mes pensées...


Qui pourrait préférer ces disputes à une vie tranquille avec un mari qui vous aime et qui prend soin de vous ? Rosanna. Durant toutes ces années passée auprès d'Andrew, il n'y avait eu que très peu de disputes, voir pas du tout. Pas parce qu'il avait l'autorité, quoi qu'il arrive, mais parce qu'ils n'avaient pas de raisons de se disputer. Parce que lui, il l'aimait trop et qu'il acceptait son point de vue. Parce que elle, elle s'abaissait souvent à suivre son avis, parce qu'elle le savait, si elle l'avait fait, le reste de la communauté se serait montré d'autant plus exigeante avec elle et sincèrement, ils l'étaient déjà suffisamment à son goût. La seul dispute notable avait été au sujet de Jacob, lorsqu'il était tombé malade. Elle avait perdu. Pas seulement la dispute d'ailleurs, elle avait perdu son fils aussi. Mais sincèrement, entre toutes ces années tranquilles et ces deux rencontrent pavées de disputes avec Morgan, elle préférait ces dernières. Peut-être était-elle folle, mais c'était la vérité. Parce qu'elle retrouvait sa voix. Face à Morgan, elle ne s'abaissait pas à un hochement de tête et quelques mots de complaisance. Face à Morgan, elle osait montrer son désaccord, elle osait s'exprimer. Elle osait être quelqu'un. C'était ça l'important, pas vrai ? C'était ça qui lui avait manqué pendant toutes ces années, ça qu'elle avait été cherché dans les bras d'Esther. Alors oui, sans la moindre hésitation, c'était ce qu'elle préférait. Même si ça faisait un mal de chien, même si ça la faisait pleurer, même si elle avait l'impression d'être poignarder en plein coeur à chaque fois. C'était mille fois mieux, c'était, enfin, la sensation d'avoir une voix dans ce monde et de ne pas être l'écho de celle de son père ou de son mari. Certains appellerait sans doute ça être vivant, mais pour elle, c'était vraiment juste cette sensation de retrouver une voix qu'on avait tenue en cage pendant des années. Finalement, elle n'avait pas seulement changé à cause de Morgan. Oui, la brune lui avait ouvert les yeux sur certaines choses. Comme l'homosexualité -ou la bisexualité dans son cas-. Morgan avait raison, Dieu ne pouvait pas condamné l'amour, qu'importe s'il était entre deux personnes de même sexe. Cela n'avait pas été aussi simple de lui faire comprendre au début, mais une fois qu'elle avait eu ouvert les yeux, elle n'avait pas été capable de les refermer. Morgan l'avait changé grâce à son athéisme. Parce que Morgan ne croyait pas en Dieu, parce qu'elle n'hésitait jamais à faire connaître son point de vue sur le sujet, Rosanna avait pu ouvrir les yeux sur certaines de ses croyances qui lui semblaient aujourd'hui bien trop extrémistes, bien trop irréalistes. Seulement, ce n'était pas la seule raison de ces changements. Douze ans à vivre dans une communauté où vous êtes réduit au simple statut de femme de -ou fille de-, avait façonner ce nouvel aspect d'elle. Douze années à suivre des règles strictes et parfois sévères, avait fait naître en elle ce nouveau désir de liberté. Elle croyait toujours en Dieu pourtant, ça oui, c'était bien pour ça qu'elle détestait ces propres actes. Seulement voilà, le vide qu'avait laissé Morgan conjugué avec cette liberté nouvelle l'avait fait plongé dans des vices qu'elle aurait pourtant jugé durement autrefois. Comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Seulement, maintenant elle regrettait plus amèrement encore son comportement.

Seulement, Morgan n'avait pas le droit de lui en vouloir pour ça. C'était la brune qui avait décidé qu'il était mieux qu'elles restent loin l'une de l'autre. Alors oui, elle était allé voir ailleurs, Morgan n'avait pas le droit de la juger pour ça. Pire encore, elle n'avait pas le droit de débarquer, de l'embrasser pour ensuite lui dire qu'elle venait pour lui demander de partir. C'était cruel et même si Rosanna savait qu'elle méritait de souffrir, elle estimait qu'elle avait déjà suffisamment souffert. Mais dans le fond, c'était presque vivifiant, cette colère qui coulait dans ses veines. Fallait vraiment être dérangée pour penser de la sorte, non ? Qu'importe, c'était comme ça, elle préférait la passion qui se dégageait de leur relation, à l'ennuie qu'avait été celle avec Andrew. Et seul ceux qui ont connu ça peuvent comprendre que parfois, ça fait du bien d'avoir mal. Sauf que Rosanna en avait même oublié qu'elle était revenue dans le but d'oublier Morgan, elle avait oublié que son souhait avait été de souffrir pour se rendre compte que tout était bel et bien fini. Mais non, elle souffrait et elle trouvait encore le moyen d'aimer ça. Idiote. "Comment peux tu me dire que tu n'es pas passé à autre chose alors que je viens de te trouver avec un homme à moitié nu ? Et à seulement 20H du soir... Tu crois que ton Dieu approuverait ?" Les propos de Morgan eurent l'effet d'un électrochoc. Un de ces électrochocs qui vous laissent con un moment avant de vous mettre en colère. De quel droit Morgan évoquait Dieu. Depuis quand elle se souciait de ce qu'il pouvait bien penser ? Elle serra soudainement les poings alors que la colère grandissait en elle. En réalité, ce n'était pas contre Morgan qu'elle était en colère, mais contre elle même. Parce que la brune venait de dire à voix haute ce qu'elle pensait à voix basse depuis le début. Parce qu'elle avait toujours été comme ça Morgan, à mettre le doigt sur les sujets qui font mal. Et la colère, elle cachait surtout sa douleur. Parce que Dieu que ça faisait mal d'être ainsi jugée par Morgan. La seule qui lui avait toujours donné l'impression qu'entre elles il n'y avait pas de jugement. "La Rosanna que j'aimais et que je connaissais, elle n'aurait jamais fait ça." Elle baissa les yeux, c'était vrai ça. Trop vrai. Quatorze ans plus tôt, il lui était déjà bien difficile de tenir la main de Morgan en public, alors imaginer que l'idée de sortir pour draguer lui était une notion étrangère. Oui mais voilà, Rosanna avait changé et tout ce qui lui restait, c'était l'espoir que Morgan pourrait l'aimer de nouveau, même si elle n'était plus celle qu'elle avait connue autrefois. "Je suis désolée d'avoir débarquée comme ça et de t'avoir embrassé. Mais c'est de ta faute Rosanna. C'est toi qui est revenue foutre un bordel pas possible dans ma vie, dans ma tête et dans mon...." Coeur. Elle connaissait bien Morgan pour savoir ce mot qu'elle avait retenu. Parce qu'elle avait vu ses yeux humide plus tôt. Parce qu'elle savait qu'elle l'avait touchée, que sous ces airs qu'elle se donnait, ce n'était pas seulement la colère qui l'animait. Et elle détestait ça. Oui, cela aurait été tellement plus simple s'il n'y avait eu que de la colère dans les yeux de Morgan, tellement plus simple si elle ne l'avait pas aussi bien connue. Parce qu'alors, elle aurait pu réussir à se convaincre que la brune l'avait oublié, qu'il n'y avait vraiment plus rien entre elles. Seulement, elle ne pouvait pas. Les mots de Morgan étaient durs, froids et cruels, seulement, derrière tout ça, elle savait qu'il y avait autre chose. Que ce qui avait été là il y a quatorze ans était peut-être encore là. Et elle ne voulait pas s'accrocher à cette idée, elle devait passer à autre chose, mais c'était tellement plus facile à dire qu'à faire. Et voir Morgan commencer à partir de nouveau, c'était comme un coup de plus. Elle ne voulait pas que ça se termine comme ça encore une fois. Elle regardant Morgan s'enfuir loin d'elle. Elle, restant seule avec son coeur écorché. Elle voulait l'occasion de s'expliquer vraiment, l'occasion de montrer à Morgan qu'elle n'était pas la seule à souffrir dans cette histoire. Mais il fallait que son ex petite-amie la lui donne, parce qu'elle le lui avait dit, elle attendrait qu'elle soit prête à l'écouter. "Pourquoi tu es revenue ? Pour combien de temps ? Je veux la vérité. Je veux tout savoir." Elle posa alors le regard sur Morgan. Un regard encore humide quand bien même les larmes avaient cessé de couler. Un regard surpris aussi. Un regard interrogateur un peu. Un regard confus surtout.

L'occasion qu'elle attendait, elle était là et elle se devait de la saisir. C'était le moment où jamais, elle le savait. Mais cela ne voulait pas pour autant dire que c'était simple. Parce que si Morgan ne le savait pas encore, elle, elle le savait que la brune n'aimerait pas tout ce qu'elle avait à lui dire. Si elle ne le savait pas, elle en était tout de fois persuadée. Et franchement, elle ne savait pas vraiment par où commencer. C'est pourquoi elle se défila, un peu. « Je te l'ai dis, je suis revenue parce que Saul m'a donné son atelier. ». Elle baissa alors la tête. Ce n'était pas un mensonge, ce n'était juste pas l'entière vérité. Elle souffla alors avant de relever la tête. « Non, tu sais quoi, c'est pas totalement vrai. C'est pour toi que je suis revenue. Parce que j'avais réussis à me convaincre que si je te revoyais… Que si je me rendais enfin compte que tu es bien plus heureuse sans moi, alors j'arriverais à t'oublier. ». Ca, c'était enfin la vérité. C'était vraiment ce qui l'avait poussée à revenir. Ce désir de l'oublier, de passer à autre chose. Ce désir de pouvoir revivre l'amour avec une autre personne. Elle avait été trop stupide pour se rendre compte que ce n'était pas possible. Que Morgan était la femme de sa vie et qu'elle l'aimait toujours malgré toutes ces années. Parce qu'elle le savait maintenant, que même si elle avait vu que Morgan avait refait sa vie, elle n'aurait jamais pu l'oublier. Elle se passa une main dans les cheveux en se mordant la lèvre. Tout, Morgan voulait tout savoir ? Cela lui faisait peur de tout lui dire, vraiment. Mais elle n'avait pas le choix. « Parce que tu vois, quand je suis rentré chez moi, j'ai plus eu le droit de pleurer ton absence. Je… J'avais personne à qui parler de cette douleur qui me rongeait le coeur Morgan. Personne, parce que j'avais pas le droit de parler de ces deux années passée ici. J'avais le coeur brisé, pourtant je devais agir comme si de rien était, comme si c'était pas grave. ». Une fois encore, les larmes coulèrent le long de ses joues. Elle ne voulait plus repenser à cette vie. Vraiment pas. Il y avait eu des bons moment, c'était vrai, mais y penser dernièrement c'était tellement douloureux. Mais elle ne se laissa pas le temps de se morfondre, elle devait tout dire à Morgan. Tout. « Alors j'ai épousé un homme que je n''aimais pas. Et le plus cruel, c'est que lui il m'aimait. Mais moi, tout ce que j'ai pu faire pour le rendre heureux, c'est lui donner des enfants. Parce que j'ai jamais pu l'aimer comme il m'aimait, jamais. Parce que t'étais toujours dans mes pensées, quoi qu'il arrive. ». Elle s'arrêta de nouveau pour essuyer ses larmes, rageusement. Elle ne voulait pas pleurer. Vraiment pas. Elle ne voulait pas avoir cet air pathétique qu'elle avait, elle ne voulait pas avoir l'air aussi faible, aussi anéantie. Mais voilà, Morgan voulait la vérité, elle allait l'avoir. « Il était adorable avec moi et je m'ennuyais avec lui. Et tu sais ce qu'il a fallut pour que je m'en rende vraiment compte ? Enterrer mon fils ! Pour que je me rende compte que je n'étais plus rien que la femme de, la mère de, j'ai dû mettre en terre mon fils. ». Elle avait le coeur lourd en pensant à Jacob. Cette épreuve aussi l'avait beaucoup changée. Elle avait douté. Douté de Dieu. Douté de ses croyances. Parce que c'était bien à cause de leur refus de vaccination et leur réticence à aller voir un médecin anglais que Jacob était mort. Elle posa une main sur sa bouche, comme pour réprimer un sanglot. « Et une fois que je m'en suis rendue compte, il n'a plus été suffisant. Oh si tu savais Morgan, comme tu as été dans mon esprit à chacun des moments les plus heureux comme les plus difficile de ma vie… Et pour combler ton absence, celle de Jacob, pour combler un manque que je ne comprenais pas, j'ai trompé mon mari dans les bras d'une amie. ». Elle serra les dents en y pensant, en redoutant la réaction de Morgan face à cette révélation. Non, elle n'avait pas été la seule femme de sa vie. Mais elle ne pouvait pas se laisser aller à y penser. Surtout, elle ne pouvait pas s'arrêter trop longtemps, elle le savait, sinon elle n'irait jamais jusqu'au bout. « Et ça c'est su. Alors j'ai eu un choix à faire. Expié mes péché ou être excommuniée. Je pouvais plus vivre dans le mensonge, alors je suis partie. Morgan, ça fait deux ans que j'ai plus mis les pieds en Pennsylvanie. Deux ans que j'ai pas revu mes enfants, deux ans que j'erre dans le pays sans véritable but. Alors si tu veux savoir combien de temps je vais rester et bien… Et bien ça dépend de toi. Parce que moi, j'ai nul part ailleurs où aller, mais si tu veux que je m'en aille… Je te dois bien ça. ». Elle avait trop parlé. Non vraiment, elle n'était pas habitué à un tel flot de paroles sortant de sa bouche. D'ailleurs, elle était presque à bout de souffle tant revivre ces quatorze années en accéléré avait été intense pour elle. Et ses larmes, elle ne pouvait plus les contenir. Elle était misérablement pathétique. Elle le savait bien. Mais voilà, Morgan lui avait dit qu'elle voulait tout savoir, maintenant elle savait tout. Elle savait que la vie heureuse qu'elle lui avait imaginé n'était qu'une chimère. Elle voyait maintenant que Rosanna avait souffert et souffrait encore.

fiche par blackheart. - image par crédit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 28
▪ Discussions : 216
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   14.06.14 14:18

Je veux tout oublier de toi, je ne veux plus connaître la couleur de tes yeux, je ne veux plus revoir l'éclat de ton sourire, dans ma tête. Je veux tout oublier, jusqu'à ton prénom.  ♪♫ - Morgan Bradshow & Rosanna Lantz
 
Disparais de mes pensées...


   
Pourquoi Rosanna revenait elle dans sa vie si peu de temps après la mort de Logan ? Était ce un signe du destin ? L'oeuvre de Dieu qui avait tout programmé depuis le départ ?! Non c'était impossible. D'abord parce que Morgan ne croyait pas en Dieu. Elle n'y avait jamais cru. Pour elle, il s'agissait d'une simple invention qui rassurait les gens. Ainsi, ils n'avaient plus peur de la mort. Ils se disaient que quelque chose de meilleure les attendaient quelque part. Foutaise ! La mort c'était la mort. Le vide. Le néant. Rien ! Certes, quand elle pensait ainsi et qu'elle se disait que Logan n'était plus rien du tout elle détestait ça. Elle détestait cette idée alors dans ces moments, elle avait envie de croire en Dieu elle aussi mais c'était plus fort qu'elle, elle n'y avait jamais réussit. Pas même quand elle était en couple avec Rosanna et que celle-ci lui apportait des raisons d'y croire. Même si celle-ci rendait l'histoire religieuse beaucoup plus intéressante que tous les autres qui avaient voulu lui apprendre jusque là. Elle ne croyait pas à toutes ces conneries. Comment Dieu pouvait il exister ? S'il existait vraiment, les homosexuels auraient le droit de s'aimer et de se marier librement. En quoi était ce un pêché ? Si Dieu existait, des enfants ne mourraient pas dans d'atroces souffrances. Si Dieu existait, Morgan ne retrouverait pas des cadavres certains jours en ville. Morgan avait côtoyé le mal et la douleur depuis trop longtemps. Elle ne pouvait pas croire en Dieu. En tout cas, elle n'avait pas envie de croire en un Dieu qui faisait souffrir ses fils et ses filles. Alors elle cherchait des réponses rationnelles à tout. Néanmoins, le retour de Rosanna c'était difficile à expliquer. Difficile à comprendre. Il n'y avait rien de logique dans son retour. Elle avait choisit sa famille, elle avait choisit Dieu; et elle n'était pas censée revenir au moment où justement, Morgan avait le plus besoin d'elle. A croire que Dieu croyait en elle et qu'il cherchait de la réciprocité. Pourtant non, elle n'avait pas envie de le remercier. Elle n'avait même pas envie de remercier Rosanna parce qu'elle était terrifiée. Alors il fallait des explications. Il fallait qu'elle comprenne ce que Rosanna faisait vraiment ici et combien de temps, elle comptait y rester. Peut être que tout ça rendrait les choses plus faciles.

Elle se retourna vers Rosanna et croisa les bras. Son ton avait été autoritaire. Elle voulait des réponses et elle n'avait pas l'intention de quitter cet atelier tant que Rosanna n'aurait pas été à cent pour cent honnête avec elle. Dans le fond, Morgan le savait, Rosanna lui dirait la vérité. Enfin c'est ce qu'elle avait toujours fait même s'il était clairement facile de comprendre qu'elle avait changé, qu'elle n'était plus vraiment là même. « Je te l'ai dis, je suis revenue parce que Saul m'a donné son atelier. » Morgan poussa un soupire qui ne se voulait même pas discret. Ce n'était pas la seule raison. C'était impossible. Rosanna avait quitté la femme qu'elle aimait pour la Pennsylvanie et sa communauté et tout d'un coup, un simple atelier devenait plus important que tout le reste ? Plus important que Saul même ? Morgan ne pouvait pas y croire alors elle allait dire quelque chose mais finalement Rosanna se mit à poursuivre. « Non, tu sais quoi, c'est pas totalement vrai. C'est pour toi que je suis revenue. Parce que j'avais réussis à me convaincre que si je te revoyais… Que si je me rendais enfin compte que tu es bien plus heureuse sans moi, alors j'arriverais à t'oublier. » Morgan se concentra soudainement sur son ex petite amie. Elle semblait être sur le point de parler, de raconter des choses et c'était intéressant. Alors elle la regardait dans les yeux, attendant tout simplement la suite. Pourtant, cette phrase lui avait fait mal au coeur. Rosanna était revenue pour l'oublier ? C'était douloureux et dans le fond, Morgan comprenait qu'elle ait voulu le faire. Elle comprenait cela mieux que quiconque puisqu'elle avait aussi passé quatorze ans à essayer de l'oublier, en vain. Elle était presque désolée d'ailleurs. Désolée pour elles deux finalement. Désolée que Rosanna se rende compte que la vie de Morgan était un immense échec, qu'elle n'avait jamais pu se marier ou construire une famille. « Parce que tu vois, quand je suis rentré chez moi, j'ai plus eu le droit de pleurer ton absence. Je… J'avais personne à qui parler de cette douleur qui me rongeait le coeur Morgan. Personne, parce que j'avais pas le droit de parler de ces deux années passée ici. J'avais le coeur brisé, pourtant je devais agir comme si de rien était, comme si c'était pas grave. » Alors là, Morgan reconnaissait Rosanna, faisant passer le bonheur ou les envies des autres avant les siennes, se pliant aux règles d'une communauté idiote - car c'était toujours ce qu'avait pensé Morgan- n'ayant pas le droit de pleurer son ex petite amie. Alors que Morgan, elle, elle l'avait pleuré. Plusieurs fois même. Ses amies et sa famille avaient été d'un grand secours et l'armée aussi. L'armée l'avait beaucoup aidé. En voyant les larmes de Rosanna couler sur ses joues de nouveau, elle fût obligé de détourner le regard quelques instants. Elle n'avait pas envie de la voir pleurer parce que c'était douloureux. Parce que ça faisait mal au coeur de Morgan. Parce que dans ces moments là, elle n'avait envie que d'une seule chose, la prendre dans ses bras. Seulement, elle ne pouvait pas. Parce que si elle le faisait, elle savait qu'elle l'embrasserait de nouveau et c'était tout simplement hors de question. « Alors j'ai épousé un homme que je n''aimais pas. Et le plus cruel, c'est que lui il m'aimait. Mais moi, tout ce que j'ai pu faire pour le rendre heureux, c'est lui donner des enfants. Parce que j'ai jamais pu l'aimer comme il m'aimait, jamais. Parce que t'étais toujours dans mes pensées, quoi qu'il arrive. » Le coeur de Morgan se serra à cette phrase et elle reporta son attention vers Rosanna. C'était assez étrange d'entendre que Rosanna s'était mariée. Pourtant elle le savait, elle l'avait toujours su que Rosanna se marierait et qu'elle aurait des enfants mais là c'était douloureux. Terriblement même. Parce que Morgan, elle avait imaginé des milliers des fois des scénarios où c'était avec elle que Rosanna se mariait. Ou c'était avec elle que Rosanna avait des enfants. En tout cas, ça avait été le rêve de Morgan et tout d'un coup, elle prenait véritablement conscience que Rosanna avait vécu tout ça ailleurs. Ailleurs et sans elle surtout et le pire c'est que ça n'avait pas eu l'air de la rendre heureuse. Le coeur de Morgan se souleva à cette pensée. Une légère larme se mit d'ailleurs à couler sur ses joues qu'elle fit disparaître d'un geste brusque. Tout comme Rosanna qui apparemment ne voulait plus pleurer, ne voulait plus laisser des larmes couler. « Il était adorable avec moi et je m'ennuyais avec lui. Et tu sais ce qu'il a fallut pour que je m'en rende vraiment compte ? Enterrer mon fils ! Pour que je me rende compte que je n'étais plus rien que la femme de, la mère de, j'ai dû mettre en terre mon fils. » Quoi ? Morgan se redressa d'un bon et s'approcha un peu plus de Rosanna. Sans vraiment le contrôler, sans vraiment en être consciente. Rosanna avait enterré son fils ? Mon dieu. Ou plutôt nom de Dieu. Alors il existe ? Ce fût la première chose à laquelle Morgan pensa mais bien sûr elle se priva de le dire à Rosanna. Rosanna avait sûrement besoin de croire que son fils, l'être sans doute le plus important de son existence, la chair de sa chair était auprès de Dieu. C'était une connerie mais Morgan préféra ne rien dire. En fait, tout ce qu'elle voulait à cet instant précis c'était prendre Rosanna dans ses bras. Lui dire de pleurer. Lui dire qu'elle serait là pour elle. Elle avait tellement besoin de ça depuis la mort de Logan. Peut être que Rosanna en avait besoin aussi mais elle ne fit rien. Elle se contenta de regarder Rosanna, un air triste mais pas de pitié sur le visage. Elle n'avait pas de mots même si elle aurait voulu en avoir et de toute manière, elle préférait la laisser finir. « Et une fois que je m'en suis rendue compte, il n'a plus été suffisant. Oh si tu savais Morgan, comme tu as été dans mon esprit à chacun des moments les plus heureux comme les plus difficile de ma vie… Et pour combler ton absence, celle de Jacob, pour combler un manque que je ne comprenais pas, j'ai trompé mon mari dans les bras d'une amie. » Alors là Morgan serra les dents et fronça légèrement les sourcils. Oui elle était surprise par cette révélation. Surprise et aussi jalouse. Et bien oui, elle s'était doutée toute sa vie qu'elle avait eu un mari mais sûrement pas une autre femme dans sa vie, pas même une sex-friend. Cela ne lui ressemblait pas et en plus, Morgan avait toujours pensé qu'elle serait la seule femme. Contrairement à elle, Rosanna n'était pas lesbienne. Pas comme elle pouvait l'être en tout cas. Alors elle passa sa main sur sa bouche, comme si elle était dégoûtée alors qu'en réalité, elle ne faisait que réprimer sa jalousie et lança un regard tueur à Rosanna, presque sans le vouloir, avant de détourner son regard d'elle. En fait, cette fois Morgan voulait qu'elle se taise. Parce qu'elle ne savait pas si son coeur réussirait à supporter une autre révélation de ce genre. Ca faisait beaucoup. Beaucoup trop pour l'instant mais Rosanna n'avait apparemment pas terminé. « Et ça c'est su. Alors j'ai eu un choix à faire. Expié mes péché ou être excommuniée. Je pouvais plus vivre dans le mensonge, alors je suis partie. Morgan, ça fait deux ans que j'ai plus mis les pieds en Pennsylvanie. Deux ans que j'ai pas revu mes enfants, deux ans que j'erre dans le pays sans véritable but. Alors si tu veux savoir combien de temps je vais rester et bien… Et bien ça dépend de toi. Parce que moi, j'ai nul part ailleurs où aller, mais si tu veux que je m'en aille… Je te dois bien ça. » Quoi ? Elle était partie ? Elle avait vraiment quitté sa communauté ? Et ses enfants surtout ? Morgan ne pouvait concevoir ça. Les larmes aux yeux, elle regardait Rosanna, secouant la tête négativement. Comment une mère pouvait abandonné ses enfants ? Elle savait qu'elle ne devait pas juger Rosanna sans en savoir plus mais c'était difficile. Sans doute parce que Morgan ne rêvait que d'une chose depuis quelques années, c'était un enfant. C'était d'être une mère.

Elle passa de nouveau la main sur sa bouche. Elle avait besoin de temps. Elle avait besoin de quelques minutes avant de reprendre la parole, avant de pouvoir réellement digérer tout ça. Pourtant, elle ne ressentait plus de colère. Rosanna avait réussit à faire disparaître sa colère, du moins pour quelques minutes. Elle était juste...Juste elle même en fait. Juste Morgan en face de Rosanna, en face de cette fille qu'elle avait tant aimé et qu'elle aimait encore malgré tout. Elle avait juste envie de trouver des mots qu'elle ne trouverait sans doute jamais. Parce que elle le savait maintenant, Rosanna n'avait pas été heureuse. Pire, elle avait sûrement été la plus malheureuse. Oh oui, c'était difficile pour Morgan de penser comme ça alors que Rosanna avait eu la chance d'avoir un mari et des enfants mais ce n'était qu'un leurre, qu'une illusion. Peut être que c'était mieux de ne rien avoir du tout et de ne pas devoir faire semblant d'être heureuse. "Je..." Non en fait, il lui fallait encore du temps. C'était dur à entendre. Dur de réaliser. Dur de se souvenir de tout. Elle se mit à mordre sa lèvre inférieur, fermant doucement les yeux avant de les ré ouvrir, tournant son regard vers Rosanna. "Je suis tellement désolée pour ton fils. Je ne peux pas imaginer ta douleur et... " Non elle ne pouvait pas imaginer. Elle n'avait pas d'enfant et elle n'en aurait sans doute jamais. Pourtant, elle connaissait mieux que quiconque en ce moment à quel point il est douloureux d'enterrer quelqu'un qu'on aime. D'accord, Logan n'était pas son fils mais il était cette autre moitié d'elle. La chair de sa chair à elle aussi. Des larmes s'échappèrent de ses yeux, parce que ça lui rappelait Logan. Parce qu'elle s'en voulait de ne pas prendre Rosanna dans ses bras. Parce qu'elle s'en voulait de ne pas lui dire pour Logan mais elle ne voulait pas. Parce que si elle le faisait, elle craquerait. Et elle ne pouvait pas craquer devant Rosanna. Parce que sinon, elle ne pourrait plus jamais nier l'aimer, plus jamais nier avoir besoin d'elle et plus jamais la laisser partir. Morgan secoua la tête négativement. Il fallait changer de sujet. Alors elle tourna doucement les talons jusqu'à un petit tabouret, sur lequel elle s'est assise, regardant toujours Rosanna. Elle passa une main dans ses cheveux et se mit à rire nerveusement. "C'est sans doute stupide tu sais mais...J'en sais rien. Savoir que t'as eu un mari et des enfants, c'est...C'est étrange. Mais le pire..." Cette fois son regard était légèrement empreint de colère. "Le pire c'est de savoir qu'il y a eu une autre femme. Tu vois, j'aurais pensé être la seule. C'était stupide hein mais ça me rassurait je crois..." Elle avait dit ça avec un sourire sur les lèvres. Un sourire qui pouvait montrer qu'elle était folle de jalousie tout simplement. Peu importe, Morgan se redressa d'un bon et leva une main vers le ciel. "Mais peu importe reste. C'est chez toi aussi ici, tu as des souvenirs dans cette ville... et si tu es venue pour m'oublier alors je resterais loin de toi..." Non en réalité, Morgan n'avait pas envie que Rosanna s'en aille. Elle n'en avait plus envie car elle savait que c'était déjà trop tard. Que si elle partait, elle briserait une nouvelle fois le coeur de Morgan. Le mieux, c'était peut être qu'elles s'ignorent. Tout en sachant qu'elles étaient proches. En fait, c'était peut être un peu masochiste de faire ça mais c'était tout ce que Morgan était capable de penser. Elle avança encore une fois doucement vers la porte. Il fallait qu'elle parte après tout et pourtant, c'était incroyable mais elle revenait toujours sur ses pas. Comme si, il y avait une sorte de champ magnétique qui l'empêchait d'aller plus loin. Alors les larmes aux yeux, elle se tourna vers Rosanna et passa de nouveau une main sur sa bouche. "Comment as tu pu abandonner tes enfants ? Comment...Je t'en pris, ne dis surtout pas que tu l'as fais pour moi." Oui, Morgan avait bien compris, si elle ne l'avait pas fait, elle n'aurait jamais pu être heureuse. Jamais elle n'aurait pu vivre la vie qu'elle voulait mais quand bien même, elle ne comprenait pas parce que Morgan le savait, elle n'aurait jamais été capable d'abandonner sa famille et encore moins ses enfants si elle en avait. C'était inconcevable. Pourtant, Morgan ignorait tout de la vie de Rosanna là bas, elle ignorait tout de ce qui s'était sans doute passé dans sa vie. Néanmoins, elle ne pouvait s'empêcher de penser à ces gamins, au manque qu'ils devaient vivre. Leur mère était partie ça devait être atrocement douloureux. Et surtout, Morgan ne voulait pas que ce soit à cause d'elle. Non, elle ne devait pas passer avant les enfants de Rosanna. Non Rosanna ne devait pas l'aimer autant. Pourtant, Morgna le savait qu'elle aurait été sûrement prête à faire n'importe quoi pour Rosanna. Elle n'imaginait pas qu'elle était capable d'abandonner sa famille mais peut on savoir ce dont on serait capable quand on nous empêche d'être nous même ?! Morgan n'avait jamais connu ça. Elle n'avait jamais connu ces moments où elle devait cacher qui elle était vraiment. Rosanna si ! Alors oui, elle ne comprenait pas. Elle ne comprenait pas mais pour une fois, elle ne voulait pas juger son ex petite amie. Elle avait souffert. Morgan l'avait comprit maintenant. "Tu dois atrocement leur manquer...Je connais la douleur liée au manque de ta présence Rosanna..." Elle avait dit ça avec un tendre sourire et alors que ses yeux brillaient toujours. C'était sûrement un sujet sensible pour Rosanna mais Morgan ne pouvait pas faire comme si de rien n'était.

Elle resta là. Pendant quelques secondes silencieuse à regarder Rosanna qui ne répondait pas. Peut être était ce trop douloureux. Soudain, Morgan eut l'impression qu'elle avait peut être été trop loin en posant cette question. En réveillant la douleur de Rosanna, alors toujours avec un léger sourire sur son visage, elle s'approcha de Rosanna pour essuyer une larme qui coulait sur sa joue. Avec son pouce. Et ce simple contact, cette simple petite caresse lui donna des frissons et lui donna surtout envie de plus. Envie de la prendre dans ses bras tout simplement mais elle ne fit rien. Elle retira rapidement son pouce, restant là à la regarder."Je t'ai menti, je l'ai ressenti aussi mais..." Elle faisait bien évidemment allusion à leur baiser ou plutôt à la sensation que Morgan avait ressenti en l'embrassant. Elle recula légèrement alors que son coeur battait la chamade, alors que ses yeux étaient pleins de larmes. "Mais je ne peux pas. Mon coeur n'y survivrait pas si un jour tu voulais repartir, si un jour tu voulais revoir tes enfants. Revoir ton mari...Revoir cette femme..." Une légère pointe de jalousie se faisait sentir à la fin de sa phrase mais c'était la vérité. Elle ne pouvait pas. Et quand elle disait cela, elle faisait allusion au fait d'être de nouveau ensemble. Et Rosanna avait forcément compris. Elle avait forcément compris que Morgan ne pouvait pas lui dire de rester pour elle, même si elle en mourait d'envie parce que ça faisait trop peur. Et trop mal aussi. "Je ne sais plus aimer Rosanna. Je ne sais plus le faire du tout parce que ça fait quatorze ans que je souffre et parce que mon coeur est déchiré en mille morceaux. Tu as raison, le mieux c'est qu'on s'oublie. Peut être qu'on devait se revoir et maintenant que c'est fait, il faut peut être qu'on tire un trait sur notre histoire..." Morgan avait dit cela d'une voix basse et douce. Elle avait pensé chaque mots même s'ils étaient douloureux à dire. Même s'ils détruisaient encore un peu plus son coeur. Ils étaient vrais. Elle ne savait plus aimer. Elle ne pouvait plus aimer maintenant que Logan avait détruit son coeur totalement. Alors, Rosanna ne devait rien attendre d'elle car elle n'avait plus seize ans, elle n'était plus capable de lui offrir quoi que ce soit.



   
fiche par blackheart. - image par crédit.



Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 29
▪ Discussions : 318
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   14.06.14 18:05

Every night I empty my heart, but by morning it's full again. Slowly, droplets of you seep in through the night's soft caress. But don't I overflow with thoughts of us, an aching pressure that gives me no respite. Love cannot be contained; the neat packaging of desire splits asunder, spilling crimson through my days, long languishing days that are now bruised, tender with yearning, spent searching for a fingerprint, a scent, a breath you left behind.  ♪♫ - Morgan Bradshow & M.-A. Rosanna Lantz.
 
disparais de mes pensées...


 
Mentir à Morgan, elle n'en avait jamais été capable. Pourtant, elle avait cru qu'après quatorze années passées loin d'elle, elle aurait pu. Elle s'était trompée. Tout comme elle n'avait pas pu lui mentir sur ce que se baiser lui avait fait ressentir, elle n'avait pas pu s'inventer une autre histoire. Ainsi donc, elle avait offert à Morgan tout la vérité sur ces quatorze années passée loin d'elle. Des années pavées de moment heureux certes, mais surtout d'une souffrance cachée aux yeux des autres. Des années de mensonge, des années de silence. Et lorsqu'elle y repensait aujourd'hui, Rosanna ne pensait plus qu'à cette douleur qu'elle avait dû taire, à combien Morgan lui avait manqué, à combien elle aurait aimé vivre chacune de ses épreuves avec elle et personne d'autre. En parler, c'était aussi parler de Jacob. C'était penser à lui et combien sa mort l'avait brisé plus qu'elle ne l'était déjà. Perdre Jacob, ça avait été comme perdre une partie d'elle même. Perdre Morgan, elle l'avait choisi, perdre Jacob lui avait semblé pire, simplement parce qu'elle n'avait pas eu le choix, simplement parce qu'elle ne s'y était pas préparer. Parler de tout ça, c'était aussi se rappeler qu'elle avait laissé derrière elle six autres enfants qu'elle aimait plus que tout. La plupart du temps, Rosanna se refusait tout simplement de penser à eux. Parce que c'était trop douloureux, quand bien même elle savait qu'elle avait prit la bonne décision. Bien sûr qu'un regard extérieur y verrait là un acte égoïste, mais pour elle, ce n'était pas du tout le cas. Mais les autres ne pouvaient pas comprendre. Ils ne pouvaient pas savoir qu'elle était trop différente pour eux, qu'en restant à leur côté, elle aurait fini par les corrompre et qu'ils auraient dû traverser les mêmes épreuves douloureuses qu'elle. Mais bien sûre, encore une fois elle avait le mauvais rôle, parce que c'était elle qui avait prit une décision impossible à prendre. Elle qui avait décidé, encore une fois, d'abandonner des personnes qu'elle aimait plus que tout. Elle n'avait pas besoin qu'on lui rappelle sa culpabilité, elle le faisait très bien elle même, alors oui, la plupart du temps, elle s'efforçait de ne pas penser à ses enfants, parce que cela faisait trop mal. Mais là, elle n'avait pas eu le choix, parce que Morgan lui avait demandé toute la vérité et qu'elle la lui avait donnée, incapable de mentir. Alors forcément, ses larmes, elle n'avaient pas pu les retenir, quand bien même cela l'énerva plus que tout. Comme ce désir qu'elle avait de sentir les bras de Morgan se refermer autour d'elle. De sentir à nouveau le réconfort du corps de son ex petit-amie. Parce qu'elle savait que cela n'arriverait pas, qu'elle avait perdu se privilège le jour où elle avait décidé de retourner en Pennsylvanie, le jour où elle avait décidé de lui briser le coeur.  C'est donc dans sa force intérieur qu'elle puisa pour ne pas totalement montrer à qu'elle point elle était anéantie, quand bien Morgan devait suffisamment la connaître pour se rendre compte de la vérité. Heureusement pour elle, Morgan garda le silence un moment, lui accordant ainsi le temps de se ressaisir.

Elle se laissa tout de même aller à observer Morgan, à observer ses réactions. Ainsi, elle pouvait voir qu'il n'y avait plus de colère dans le regard de Morgan. Et ce n'était pas forcément ce qu'elle avait recherché en se livrant ainsi à la brune. Rosanna n'était pas dans l'optique regardes moi et voit comme j'ai souffert plus que toi. Parce que ce n'était pas dans son tempérament, parce qu'elle était de ceux qui pensent que chaque souffrance à la même importance. Et finalement, parce qu'elle en savait assez peu sur ce que Morgan avait vécu pendant toutes ces années. Oh, elle avait pu comprendre que Morgan n'avait pas eu la vie heureuse qu'elle lui avait souhaité. Elle avait pu se rendre compte qu'elle avait eu tord, que la brune n'avait pas su l'oublier elle non plus. Oui, elle avait pu voir tout ça, mais elle n'avait pas pu prendre totalement la mesure de la souffrance de Morgan, alors non, elle n'avait pas cherché à convaincre Morgan qu'elle avait souffert plus qu'elle, juste à lui montrer que, elle aussi, avait eu le coeur brisé et qu'elle avait dû en subir les conséquences. "Je..." Elle posa de nouveau son regard sur Morgan, peut-être pour essayer de l'encourager à continuer. Elle avait bien vu que la brune s'était rapprochée d'elle, sans pour autant lui accorder le loisir de la prendre dans ses bras, alors maintenant, elle avait besoin qu'elle lui dise quelque chose. Qu'importe quoi, juste quelque chose. "Je suis tellement désolée pour ton fils. Je ne peux pas imaginer ta douleur et... " Elle baissa de nouveau la tête en serrant les dents. On ne peut imaginer la douleur qu'on ressent lorsqu'on perd un enfant avant de l'avoir vécu soit même. Et elle était soulagée, soulagée de savoir que Morgan n'avait pas eu à vivre une telle épreuve. Parce que Rosanna, elle pouvait accepter que Dieu lui inflige toutes ces punitions, mais elle avait tellement désiré qu'il accorderait à Morgan une vie heureuse, qu'elle savait qu'elle lui en voudrait si elle devait apprendre qu'elle aussi, avait dû perdre un être cher. "C'est sans doute stupide tu sais mais...J'en sais rien. Savoir que t'as eu un mari et des enfants, c'est...C'est étrange. Mais le pire..." Rosanna eu un léger sourire triste. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien répondre à ça hein ? Pour elle aussi ça avait été un peu étrange au début, elle avait eu beaucoup de mal à se faire à cette nouvelle situation. Elle avait eu du mal à se familiarisé avec son nouveau statut d'épouse. Et puis après, c'était devenu quelque chose de banal. Aujourd'hui, c'était un statut dont elle aurait aimé se débarrasser, mais elle n'en avait pas la possibilité et elle devait vivre avec ce poids. "Le pire c'est de savoir qu'il y a eu une autre femme. Tu vois, j'aurais pensé être la seule. C'était stupide hein mais ça me rassurait je crois..." A cet instant, Rosanna aurait aimé lui avouer qu'elle avait été la seule qui avait compté. Parce que c'était vrai. Rosanna, elle n'avait aimé qu'une personne dans sa vie, Morgan. Seulement, elle ne pouvait pas le lui dire. Elle préférait que la brune croit qu'elle avait aimé cette autre femme. Parce que cela donnait une nouvelle raison à Morgan de lui en vouloir, pas vrai ? Cela lui donnait une autre raison de la vouloir en dehors de sa vie. Et pourtant, ce n'était pas ce qu'elle voulait vraiment, mais c'était ce qui lui semblait le plus raisonnable à faire à ce jour. Rester loin de Morgan. Malgré tout, la jalousie qu'elle pouvait lire chez Morgan, rendait la chose plus difficile. Parce que Morgan n'avait vraiment aucune raison d'être jalouse. Et en même temps, cette jalousie la poussait dans le vice du mensonge.  Parfois, il valait mieux chercher à ne pas la comprendre, ce serait se donner un mal de crâne inutilement. "Mais peu importe reste. C'est chez toi aussi ici, tu as des souvenirs dans cette ville... et si tu es venue pour m'oublier alors je resterais loin de toi..."   Mais je ne veux pas... Un murmure au coin de son esprit. Une vérité qu'elle effaçait, qu'elle ne voulait pas entendre. Bien sûr qu'elle ne voulait pas l'oublier, mais elle le devait. Pas vrai ? Elle n'avait pas d'autre choix, n'est-ce pas ? Parce que si elle n'oubliait pas Morgan, alors elle finirait par se mettre en tête de vouloir la reconquérir et ça, ça c'était la pire chose qui pouvait arriver. Malgré tout, elle était soulagée d'avoir l'accord de Morgan de rester. C'était pas grand-chose pourtant,mais c'était déjà ça. Mais elle serra de nouveau les dents en la voyant se diriger vers la porte de nouveau. Elle n'avait pas envie de la voir s'éloigner d'elle encore une fois. Pourquoi fallait-il que cela lui fasse mal à ce point là ? Pourquoi le créateur ne pouvait pas lui accorder la chance de ne plus rien ressentir pour cette femme ? Sans doute avait-il ses raisons, mais elle ne pouvait s'empêcher de trouver cela légèrement cruel. Mais comme une réponse à ses prières, Morgan changea de nouveau d'avis. Seulement, la voir les larmes aux yeux, c'était presque aussi douloureux que de la voir partir. "Comment as tu pu abandonner tes enfants ? Comment...Je t'en pris, ne dis surtout pas que tu l'as fais pour moi." Elle se mordit l'intérieur des joues. Pour ne pas laisser le flot d'émotion la submerger de nouveau alors que Morgan la torturait en remettant sur le tapis le sujet de ses enfants. Non, elle ne les avait pas abandonner pour Morgan. Si elle avait vraiment eu le choix, elle aurait choisi d'avoir et Morgan et ses enfants. Seulement, elle ne pouvait pas, elle le savait. Et puis, qu'elle vit aurait-elle eu à offrir à six enfants avec le peu d'argent qu'elle avait en poche ? Non, ils étaient plus heureux dans leur communauté, plus heureux sans elle. Mais ça, Morgan ne le comprendrait jamais, alors à quoi bon dire quelque chose ? A quoi bon essayer de lui faire comprendre ça ? Mais au moins, cette fois, Morgan ne la jugeait pas. Elle ne comprenait peut-être pas, mais elle ne la jugeait pas et ça, c'était comme retrouver un morceau de cette si belle relation qu'elles avaient eu autre fois. "Tu dois atrocement leur manquer...Je connais la douleur liée au manque de ta présence Rosanna..." Rosanna soupira légèrement. Elle ne savait pas si elle leur manquait, mais en tous cas, ils lui manquaient atrocement. Mais encore une fois, elle ne pouvait rien répondre à ça. En faite, elle ne voulait pas parler de ce sujet. Elle savait que cela serait trop douloureux si elles s'aventuraient sur cette voie. Elle savait aussi comment cela finirait, en dispute. Elle le savait, au fond d'elle, elle le savait. Mais son coeur loupa un battement lorsqu'elle sentit le pouce de Morgan sur sa joue. Des frissons parcoururent son corps tout entier. C'était rien qu'une toute petite caresse, mais c'était plus que ce qu'elle n'aurait pu oser souhaiter et c'était douloureux, mais qu'est-ce que c'était bon aussi, cette sensation étrange qui s'emparait d'elle à cet instant. Mais le vide lorsque Morgan retira son pouce, ce vide, il était juste douloureux, quand bien même elle ne fit rien savoir. "Je t'ai menti, je l'ai ressenti aussi mais..." Elle se laissa aller à sourire. Parce que ça lui réchauffait le coeur de savoir qu'elle n'avait pas été la seule à le ressentir. "Mais je ne peux pas. Mon coeur n'y survivrait pas si un jour tu voulais repartir, si un jour tu voulais revoir tes enfants. Revoir ton mari...Revoir cette femme..." Elle baissa de nouveau la tête. C'était con en faite cette réaction qu'elle avait. C'était con, parce que c'était comme un écho de celle qu'elle avait été auprès d'Andrew. C'était différent pourtant, mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle avait l'air aussi pathétique qu'à l'époque. Mais comment devait-elle réagir alors que Morgan venait de tuer le peu d'espoir qu'elle avait pu avoir de revivre à nouveau leur amour ? Elle n'en avait aucune idée. "Je ne sais plus aimer Rosanna. Je ne sais plus le faire du tout parce que ça fait quatorze ans que je souffre et parce que mon coeur est déchiré en mille morceaux. Tu as raison, le mieux c'est qu'on s'oublie. Peut être qu'on devait se revoir et maintenant que c'est fait, il faut peut être qu'on tire un trait sur notre histoire..." Alors ce serait ça ? La raison pour laquelle Dieu avait décidé qu'elles devaient se revoir ? Pour qu'elles comprennent enfin qu'il fallait faire un trait sur cette histoire ? Aussi belle qu'elle avait été ? Bien sûr c'était ce qu'elle s'était dit en décidant de revenir, bien sûr qu'elle avait réussit à s'en convaincre. Pourtant, une part d'elle avait continuer d'espérer que Morgan la convaincrait du contraire. Encore une fois, elle avait été stupide. Comment Morgan pourrait-elle encore vouloir d'elle après ce qu'elle lui avait fait ?

Elle se passa de nouveau un main dans les cheveux alors qu'elle se mordait la lèvre. Qu'est-ce qu'elle devait répondre à ça ? Qu'est-ce qu'elle devait dire à Morgan maintenant ? Parce qu'elle savait que Morgan se trompait, qu'elle était toujours capable d'aimer, qu'elle le refusait simplement. Mais elle savait aussi qu'elle pourrait dire n'importe quoi, Morgan ne la croirait pas, butée qu'elle était. Et si elle se doutait que Morgan avait changé en quatorze, elle savait que de ce côté là, elle était toujours là même. Sauf qu'elle ne pu s'empêcher d'en dire quelque chose. « Je ne crois pas que tu sois incapable d'aimer Morgan. Je crois que tu te refuses d'aimer, c'est tout. Je crois que c'est ta façon à toi de te protéger. Parce que je t'ai fais trop de mal et… Et je m'en excuse… C'était pas ce que je voulais. Je voulais que tu sois heureuse. Je voulais que tu trouves celle qui t'es destinée… Celle qui te mérite vraiment… Celle qui est assez bien pour toi… Celle qui fera dire à ta famille oui, elle, elle est faire pour toi. Alors je suis vraiment désolée Morgan… Désolé que tu te sois refusée ce bonheur...  ». Elles arrivaient enfin les excuses, les explications. Parce que c'était vrai, elle avait vraiment souhaité ce bonheur à Morgan, persuadée qu'elle était de ne pas être assez bien pour elle. Parce que si ceux qui avaient vu Morgan grandir le savaient, alors ils devaient avoir raison, pas vrai ? Ils étaient mieux placé pour savoir qui était digne de Morgan, non ? C'était en tout cas ce qu'ils avaient réussit à lui faire croire et ce n'était pas pour que Morgan leur en veuille qu'elle venait de lui avouer, juste pour qu'elle sache que ce n'était pas parce que Morgan n'avait pas été suffisante pour elle. Encore une fois elle se passa une main dans ses cheveux, c'était comme un tic finalement. « Mais il faut qu'on tire un trait sur notre histoire… Parce que mes enfants me manquent énormément et que je ne peux pas te faire la promesse de ne jamais vouloir repartir là-bas pour les revoir… Parce que je ne peux pas te promettre que… Que je ne voudrais jamais la revoir… ». Cette fois, elle avait pu. Elle avait pu mentir à Morgan. Parce que ces promesses là, elle pouvait les faire. Sans hésitation aucune. Elle le savait. Elle savait qu'elle ne choisirait jamais de remettre les pieds en Pennsylvanie, que ce soit pour ses enfants, Andrew ou même Esther. Elle le savait, mais si ce mensonge pouvait aider Morgan à passer à autre chose, alors oui, elle était prête à le faire. Oui, elle était prête à se montrer ainsi cruelle, mais Dieu qu'elle s'en voulait aussi. « Alors, c'est mieux qu'on ne se revoit plus à partir d'aujourd'hui. C'était de toutes façons ce que tu voulais non ? Je crois que c'est vraiment préférable. ». Et soudain, son ton avait été un peu plus froid, un peu plus amère. Elle revenait à la raison. Cette raison qui lui criait de repousser Morgan par tous les moyens.  Ca faisait mal, mais c'était pourtant la seule solution.

 
fiche par blackheart. - image par crédit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 28
▪ Discussions : 216
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   14.06.14 19:13

Je veux tout oublier de toi, je ne veux plus connaître la couleur de tes yeux, je ne veux plus revoir l'éclat de ton sourire, dans ma tête. Je veux tout oublier, jusqu'à ton prénom.  ♪♫ - Morgan Bradshow & Rosanna Lantz
 
Disparais de mes pensées...


   
Non Morgan ne pouvait pas comprendre que Rosanna ait abandonné ses enfants. Elle ne pouvait pas le concevoir parce qu'elle avait apprit une chose ces dernières années, c'était que l'amour d'une mère était toujours plus fort que tout. Elle le voyait avec sa mère. Elle voyait la difficulté qu'elle avait à se remettre de la mort de Logan. Pourtant, elle était croyante elle aussi. Elle aurait dû se rassurer en se disant qu'il était au paradis ou quelque chose dans ce genre là. Même s'il méritait sûrement plus l'enfer. Quoi qu'il en soit, Rosanna souffrait sans doute de la mort de son fils. Bien plus qu'elle ne voulait le montrer et Morgan comprenait ça. Elle avait toujours été pudique sur ses sentiments, ses ressentis, surtout quand c'était de la peine. Rosanna était toujours là même. Elle était déjà comme ça elle aussi à l'époque. Quoi qu'il en soit, Morgan voulait comprendre. Elle avait besoin de savoir comment cette femme qu'elle avait tant aimé, et qu'elle aimait encore avait pu abandonner ses propres enfants. Comment elle avait pu faire une chose pareille ? Préférer son bonheur plutôt que de vivre auprès de ses petits êtres si importants. Alors elle voulait des explications. Pourtant, elle avait pu voir que de reparler des enfants était un sujet sensible. Un sujet douloureux, un sujet qui faisait du mal à Rosanna. Et elle s'en voulait de lui faire ça. Elle s'en voulait terriblement parce que ce qu'elle avait toujours détesté par dessus tout, c'était faire du mal aux gens qu'elle aimait. Même si autant le dire, elle était douée pour ça. Peut être qu'elle aurait dû lui dire pour Logan. Lui dire qu'elle comprenait sa peine. Peut être qu'elle aurait dû lui dire "je t'aime" aussi, juste pour espérer lui faire du bien. Peut être qu'elle aurait simplement du la prendre dans ses bras. Mais elle n'a rien fait de tout ça. Elle est restée là, à poser des questions à Rosanna, des questions douloureuses. Des questions auxquelles, Rosanna ne préférait pas répondre apparemment et Morgan décida de ne pas insister. Qui était elle pour réouvrir les blessures de son ex petite amie ? Elle n'avait pas le droit. Elle n'avait pas le droit alors qu'elle refusait elle même de dire un mot sur Logan. De toute manière, il y avait plusieurs choses qu'elle n'avait jamais compris dans le monde de Rosanna et ce n'était pas maintenant que ça pouvait changer. Elle connaissait son ex. Si elle était partie sans ses enfants c'était sans doute qu'elle avait jugé cela meilleur pour eux même si ça, Morgan -vivant dans une culture si différente - ne pouvait le comprendre.

Alors elle préféra changer de sujet. Lui parler d'elle ou plutôt de ses sentiments. De ce qu'elle avait ressenti avec ce baiser. De ce que Rosanna lui faisait toujours ressentir mais aussi de la peur qu'elle avait. Cette inexorable peur de ne plus savoir aimer. De ne plus être capable de ressentir la moindre douleur. De ne plus être capable de supporter une seule dispute avec Rosanna. Elle aurait peut être dû lui dire à ce moment là qu'elle n'était pas la seule fautive à toute cette douleur. Cela aurait sûrement été rassurant. Elle aurait dû lui dire que Logan était responsable lui aussi. Qu'il lui avait infligé tellement de souffrances ces dernières années qu'elle s'était encore plus fermée à l'amour qu'auparavant. Néanmoins, elle n'arrivait pas à ajouter quoi que ce soit. Elle ne pouvait pas dire cette phrase, elle ne pouvait pas prononcer ces mots :"Logan est mort." C'était trop dur. « Je ne crois pas que tu sois incapable d'aimer Morgan. Je crois que tu te refuses d'aimer, c'est tout. Je crois que c'est ta façon à toi de te protéger. Parce que je t'ai fais trop de mal et… Et je m'en excuse… C'était pas ce que je voulais. Je voulais que tu sois heureuse. Je voulais que tu trouves celle qui t'es destinée… Celle qui te mérite vraiment… Celle qui est assez bien pour toi… Celle qui fera dire à ta famille oui, elle, elle est faire pour toi. Alors je suis vraiment désolée Morgan… Désolé que tu te sois refusée ce bonheur... » Morgan regarda Rosanna dans les yeux alors que quelques larmes coulaient sur ses joues. Des larmes qu'elle fit disparaître rapidement. Non Rosanna n'était pas totalement responsable. Morgan avait juste été stupide. Elle s'était fermée et maintenant, elle finirait sa vie seule. Seule et triste. Ses parents pouvaient être ravis, au moins, elle ne serait jamais avec une femme qu'il jugeait trop différente, pas assez bien comme venait de le souligner Rosanna. Car oui, ses parents avaient passé leur temps à juger cette jeune femme. Ils n'avaient vu en elle qu'une pauvre petite fille égarée dans un monde ne lui appartenant pas. Ils avaient eu tord. Et surtout, ils n'avaient rien vus et rien compris. Ils n'avaient pas mesuré tout l'amour que Morgan portait à Rosanna. Seul Logan l'avait su. Seul Logan avait toujours tout comprit de toute manière. Alors Morgan baissa la tête. Parce que c'était douloureux. Parce que cette phrase l'a ramenait des années en arrière, lui rappelant les réactions désastreuses de sa famille mais aussi celle de Logan. La formidable réaction de Logan qui avait été un réel soutient pour le couple.

Elle allait dire quelque chose. Il falait bien qu'elle réponde pourtant, elle ne savait pas quoi dire. Alors ele réfléchissait. Que pouvait elle dire ? Elle avait envie de lui dire qu'elle avait raison d'abord. Parce que Rosanna montrait encore une fois qu'elle connaissait très bien Morgan, qu'elle l'a connaissait par coeur. Oh que non, Morgan n'était pas incapable d'aimer. Elle était juste incapable de se laisser aimer, en tout cas par toutes celles qui ne s'appelaient pas Rosanna ou Mary-Ann. Elle soupira face à cette réalité plutôt pathétique d'ailleurs mais avant qu'elle n'eut le temps de dire quoi que ce soit, Rosanna poursuivait déjà. « Mais il faut qu'on tire un trait sur notre histoire… Parce que mes enfants me manquent énormément et que je ne peux pas te faire la promesse de ne jamais vouloir repartir là-bas pour les revoir… Parce que je ne peux pas te promettre que… Que je ne voudrais jamais la revoir… » Morgan redressa la tête vers son ex, d'un bond,fronçant les sourcils. Elle pouvait comprendre qu'elle veuille retourner voir sa famille et surtout ses enfants mais pas cette fille. Elle avait compté alors ?! Morgan eut un sourire mais plein d'ironie, secouant la tête négativement, se demandant encore comment elle pouvait être aussi conne. Comment elle avait pu croire qu'elle avait été plus importante que cette autre femme ?! Peut être que Morgan avait juste la chance d'être la première. C'était horrible comme sensation. C'était horrible de se rendre compte que Rosanna avait aimé une nouvelle fois. Qu'elle avait tenue à quelqu'un comme elle avait tenue à Morgan. Morgan était stupide. Elle se sentait idiote et elle n'avait plus qu'une seule idée en tête : fuir. Qu'avait elle pensé ? Elle était la seule à pouvoir autant aimer après quatorze ans, toute personne normale avait vécue d'autre histoire, avait aimé d'autre personne. Pas elle ! Il faut croire qu'elle n'était pas normale et que Rosanna l'était. « Alors, c'est mieux qu'on ne se revoit plus à partir d'aujourd'hui. C'était de toutes façons ce que tu voulais non ? Je crois que c'est vraiment préférable. » Bien sûr que non ce n'était pas ce qu'elle voulait. D'ailleurs comment Rosanna pouvait elle le penser alors qu'elle était venue ici et l'avait embrassé ? Rosanna était passée à autre chose mais ce n'était définitivement pas le cas de Morgan. Elle avait juste peur, c'était si dur à comprendre ? Bien sûr qu'elle voulait encore de Rosanna, elle voulait juste être sûre de ne pas souffrir de nouveau et celle-ci venait de lui prouver l'inverse. Alors Morgan se mordit la lèvre inférieur, comme pour se donner le courage de ne pas pleurer et de cacher au maximum sa jalousie même si celle-ci brûlait maintenant tout son être. Elle passa de nouveau une main sur sa bouche; son tic à elle, c'était ça. "Je vois...Tu aurais peut être dû rester là bas si cette femme est aussi important que ça...Que moi apparemment." Oui, la jalousie risquait d'être difficile à cacher. Morgan ne connaissait pas cette femme et pourtant, elle était déjà certaine de la détester. Certes, il y avait eu des femmes dans la vie de Morgan mais c'était différent puisqu'elles n'avaient pas compté et puis Morgan était lesbienne,il était donc normal qu'elle ne sorte qu'avec des femmes. Celle qui n'avait jamais su dans quelle catégorie entrée c'était bien Rosanna et cela se confirmait. "Mais tu as raison. Je n'aurai pas du m'empêcher d'aimer. Je serais peut être plus heureuse aujourd'hui, j'aurais au moins la chance d'être mariée à une femme qui appartient réellement à mon monde. Et ça se sera jamais ton cas." Elle avait dit ça sur un ton froid et sec. Peut importe que ce n'était pas tout à fait vrai. Peu importe que tout ceci ressemblait plutôt à un mensonge. Elle se fichait de quel monde Rosanna venait. Elle avait toujours été la plus importante, la plus intéressante, la plus réelle aux yeux de Morgan. Elle avait toujours été la seule à compter même si elle était différente; même si toutes les deux, des mondes complètement opposées les éloignaient. Et encore une fois, c'était le cas. Alors Morgan se dirigea vers la porte et l'ouvrit cette fois. Il n'y avait plus de champ magnétique pour l'empêcher de partir. Rosanna avait trop changé. Rosanna lui faisait du mal. Elle devait partir d'ici et le plus vite possible. Cette visite surprise avait été la pire des idées. Alors elle mit un pas dehors et se retourna une dernière fois vers Rosanna, lui jetant un regard des plus tueurs cette fois. "Reste ou pars de Fairbanks, je m'en fou Mary-Ann." Oui, si elles devaient se comporter comme des étrangères maintenant alors Morgan devait l'appeler Mary-Ann. Rosanna c'était trop de souvenir. C'était l'invention de Morgan. Que tout le monde l'appelle ainsi aujourd'hui n'avait aucune importance, pour Morgan elle se contenterait de Mary-Ann. Et voilà, elle avait refermé la porte et elle s'était enfuie au volant de sa voiture. Repensant à Rosanna, à cette vie qu'elle avait eu et encore des questions lui restaient en tête. Comment avait elle pu aimer une autre femme ? Comment avait elle pu abandonner ses enfants ? Elles étaient sans doute trop différentes. Morgan ne comprendrait jamais cette fille, d'ailleurs elle n'était pas sûre de l'avoir déjà comprise mais ce dont elle était sûre -malgré qu'elle aurait préféré que ce ne soit plus le cas - c'était qu'elle était toujours dingue, folle amoureuse de cette femme et que sa présence à Fairbanks, risquait de rendre les choses terriblement difficiles. La santé mentale de Morgan allait encore en prendre un coup. C'était évident.



   
fiche par blackheart. - image par crédit.



Il me manque. C’est atroce, il me manque tellement. C’est pas par vagues, c’est constant. Tout le temps, sans répits.
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue à Fairbanks
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 

Disparais de mes pensées. {Rosanna}TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS 3.0 :: It's a brave new world. :: Holden District.-