Partagez | .
 

 « Quand on possède le goût des gens exceptionnels, on finit toujours par en rencontrer partout. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
le pinguson message
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 25
▪ Discussions : 132
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: « Quand on possède le goût des gens exceptionnels, on finit toujours par en rencontrer partout. »   14.06.14 21:41

Emily Z. Abbott Natanael Blondel
« Quand on possède le goût des gens exceptionnels, on finit toujours par en rencontrer partout.  »
Participants ✦ Emily Z. Abbott et Natanael Blondel
Statut ✦ Privé.
Lieu ✦ Polar Bear's Pub.
Date ✦ Un vendredi du début du mois de juin
Moment ✦ Matin, vers 11h.
Météo ✦ Nuageux, 11°C.
Prévention -18 ✦ Nop !
PNJ ✦ Non ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 25
▪ Discussions : 132
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: « Quand on possède le goût des gens exceptionnels, on finit toujours par en rencontrer partout. »   14.06.14 21:49

    Didjou ! En partant de Nouvelle Zélande, les connaissances emmagasinées sur place m’avaient prévenu. « Tu vas te les cailler, tu vas voir ! Il fait moins dix l’été, tu vas déprimer. » Et loi, dans ma naïveté, j’avais bien sûr choisi de les croire. Qu’elle n’a pas été ma surprise lorsque je suis arrivé à l’aéroport avec mon énorme pull en laine, tricoté par ma chère Eloïse. Ahahah, vraiment très drôles les gars. Je penserai à vous envoyer quelques mails pour vous pourrir la vie, ne vous inquiétez pas.

    Le chauffeur de taxi s’étant assez esclaffé en m’observant de la tête aux pieds, le trajet s’était déroulé dans un climat de tension absolue. C’est-à-dire que le gars était bien tombé : j’étais loin d’être le touriste plein d’humour sur lequel il avait l’habitude de tomber. Il avait tout de même affaire à Natanael Blondel, ayant résidé dans des pays relativement chauds pendant les dix dernières années. Alors l’humour du Nord, non, trop peu pour moi…
    Une fois déposé devant ma nouvelle maison (très honorable pour un si petit budget, au passage), il avait filé, regard noir et lèvres pincées. J’imagine que les blagues simplettes n’étaient pas de son goût… Dommage, je la trouvais drôle, moi, l’histoire du pingouin qui respire par les fesses.

    Valises (je pourrais même retirer le pluriel tant elles sont épurées) déposées, tenue adaptée aux onze degrés et à la pluie, et quelques minutes plus tard, me voilà parti pour aller découvrir le quartier. Si j’en crois mon vieux guide du Routard, l’endroit où je me suis installé est très tranquille. Central, pas trop crégnos, et en plus de ça il parait qu’il fait bon vivre la nuit… Hum.

    Mains dans les poches, le regard attentif, j’observe chaque vitrine, chaque enseigne, m’étonnant de voir autant de monde dans les rues. Nous sommes un vendredi matin, et il semblerait que les gens ne travaillent pas, ici. Ou alors, la ville a beaucoup plus de succès que je ne l’imaginais.

    Rapidement lassé par le soleil qui ne cesse de se cacher depuis que je suis parti, un pub rempli me tend les bras. Mais pas un pub comme j’ai pu connaître en Irlande, où plus c’est petit et miteux, plus c’est cool. J’avoue que j’avais parfois des frayeurs à Dublin, quand je cherchais à boire un verre. Et finalement, j’étais souvent conquis. Ce pub était plutôt du genre immense, et bondé de touristes. Mais après tout, je suis encore considéré comme une sorte de touriste… Allons-y !
    « Bonjour, puis-je vous aider ? »
    Une charmante serveuse, avec un accent tout de même atroce, me propose de m’installer à une table située dans un recoin plutôt sombre au fond de la pièce. Je me contente d’un sourire enjôleur, me disant que finalement, dans un lit, l’accent, on s’en balance. Je montre d’un signe de la tête le comptoir, le trouvant plus aguicheur…
    « En fait, je suis juste de passage. Par contre, si vous finissez votre service… »
    J’ai fait exprès de mettre dans ma voix une touche de français, il parait que c’est sexy (on me l’a souvent dit). Autant se servir de tout ce qui est en notre possession, n’est-ce pas ? Elle se met à rire, probablement un peu gênée par mes avances. Si on ne peut plus plaisanter… Menteur, menteur, tu l’aurais bien invitée ! Certes. Passons.

    Je m’installe, puis commande une bière locale prise au hasard en regardant sur l’ardoise noire au-dessus du barman… Rapidement servi, j’ai à peine le temps de poser les lèvres sur le verre de la pinte que mon regard se pose sur une jeune femme aux traits fins, chevelure foncée et yeux clairs assise à quelques mètres de là…
    « Em’ ? » Dis-je dans un français parfait.
    Difficile de la rater, d’autant plus que son nom ne m’est pas inconnu. Le seul hic, c’est que la dernière fois que nous nous sommes croisés, c’était à des centaines de kilomètres d’ici…
Revenir en haut Aller en bas
 

« Quand on possède le goût des gens exceptionnels, on finit toujours par en rencontrer partout. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS 3.0 :: It's a brave new world. :: Holden District. :: Polar Bear's Pub.-