Partagez | .
 

 Don't worry, be happy ! | pv Mila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
le pinguson message
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 23
▪ Discussions : 66
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Don't worry, be happy ! | pv Mila   16.07.14 17:39

Mila Roseburry Leigh-Ann Morrison
Don't worry, be happy !
Participants ✦Mila & Leigh-Ann.
Statut ✦ Privé.
Lieu ✦ Sur la terrasse du McCaffety's Café.
Date ✦ 25/06/2014.
Moment ✦ Après-midi, aux alentours de quinze heures.
Météo ✦ 11°C.
Prévention -18 ✦ Pas du tout.
PNJ ✦ Non merci.


Sometimes I find myself alone regretting Some little fooling thing Some simple thing that I've done I'm just a soul whose intentions are good Oh lord, please don't let me be misunderstood.


PS : Recherche activement RP. Motivée dynamique et volontaire, je postule pour le rôle de partenaire. J'ai pas de CV mais j'vous aime :cute:


Dernière édition par Leigh-Ann Morrison le 16.07.14 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 23
▪ Discussions : 66
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Don't worry, be happy ! | pv Mila   16.07.14 18:24

Mila & Leigh-Ann


Il fait bon ces derniers temps en Alaska, et même emmitouflée dans ton blazer de velours taupe, derrière ton écharpe grise un peu usée que tu aimes autant, tu te sens bien. Parce que quand tu soulèves ta tasse de café, tu ne te brûles plus les lèvres sans t’en rendre compte, parce qu’enfin, tu ressens les brûlures. Le froid t’engourdit, et te transporte, c’est dangereux mais tu aimes ça, la sensation de froid qui te parcoure et revigore l’ensemble de ton corps musclé. Tu n’es pas allée courir depuis longtemps, et apparemment, tu n’es pas prête d’y retourner, tu vas plutôt t’empiffrer pendant de longs mois, si tout se passe bien, bien entendu. Instinctivement, tu passes ta main sur ton ventre encore plat, encore vierge de tout signe, et tu imagines une sensation différente, un ventre rebondi, mais dans ta tête, ça colle pas, c’est bizarre, et tu penses à Luke, et à comment tu l’as laissé, et à comment il ne t’a jamais rappelée, et tu es un peu triste. Sans réfléchir, tu sors ton paquet de cigarettes, le pose sur la table après en avoir tiré une, puis tu la poses elle aussi sur la table. Arrêter de fumer. Arrêter de fumer. Il faut que tu arrêtes de fumer. Tu hésites cinq minutes, puis tu la portes à tes lèvres, éteinte, et tu la gardes comme ça, un peu, jusqu’à en avoir marre et à la ranger dans son étui. Tu as toujours envie de fumer, et ton corps te le montre, il a la chair de poule, et ce n’est pas la fraicheur de l’été qui la provoque. Tu es habituée à la brûlure de la glace, parce que rien ne brûle et n’anesthésie mieux que la glace, et c’est de nicotine que ton corps brûle. Il fait bon, mais tu ne te sens pas très bien, finalement. Tout était trop beau pour bien se passer. Le regard un peu hagard, tu vois marcher les passants, les touristes et les habitants, et ça t’amuse, parce que tu sais distinguer les premiers des seconds. Ils n’ont pas la même allure, pas le même rythme, et pas les mêmes vêtements. L’Alaska, ce n’est pas pour tout le monde – cette pensée te fait sourire, c’est terriblement chauvin de penser comme ça, c’est nul.
Aujourd’hui, tu as donné rendez-vous à Mila Roseburry au McCaffety’s, alors t’y voilà, à l’attendre, un café avec toi, alors que le médecin te l’a bien dit, pas de café. Mais faut pas déconner non plus, et personne ne fait comme disent les médecins de toutes manières, alors si tu dois te priver de nicotine, autant faire des réserves de caféine. Sur ta petite table de terrasse, ta tasse, ton sac à main ridiculement petit – tu as oublié ton téléphone, tes lunettes de soleil, et des chewing-gums. En fait, tu n’as avec toi que tes clés et des mouchoirs. Tu espères un peu que Mila ne t’appellera pas pour décommander, reporter, ou changer d’endroit, parce que tu es injoignable. Maline, va. Mila, tu la connais depuis que tu es toute petite, mais connaître, c’est un grand mot peut-être. Quand vous étiez gamines, vous partagiez la même classe, les mêmes professeurs, et parfois même le même banc, mais vous n’échangiez jamais plus de trois ou quatre mots ; tu avais des groupes d’amis à gogo, des tas d’amis dont tu as oublié les noms, et elle était toute seule, toujours toute seule, dans son coin. Des fois, tu te demandais si elle parlait toute seule, ou si elle avait un ami imaginaire. Toi, tu n’avais pas d’ami imaginaire, ça aurait pu être utile remarque, mais tu avais un frère, alors c’était bien. Oui, mais ça, c’était quand tu avais un frère, parce que le frère en question, celui à qui tu pouvais tout dire et qui te disait tout, celui-là oui, il s’est barré, il y a quelques semaines à peine, avec votre demi-sœur commune. Liam et Lynn, ces deux traîtres, que tu aimais tant et qui sont partis sans te dire au revoir. Tu es un peu amère, quand t’y repenses, parce que c’est beau, d’être amoureux, et d’être heureux, mais tu pensais que pour eux aussi, la famille, c’était important, et tu pensais pas qu’ils t’abandonneraient comme ça. Surtout lui. Elle, encore, c’est de la famille par alliance, alors c’est pas si dramatique, mais lui, tu lui faisais confiance avec ta vie entière, tu l’aimais si fort que tu serais allée au bout du monde pour lui, et aujourd’hui, il est parti. Il t’a laissée, toi et ton bébé à naître, ce bébé dont il ne connait pas encore l’existence. Tu secoues la tête, comme pour chasser ces mauvaises pensées, et tu ranges ton paquet de cigarettes dans ton sac, pour ne plus le voir. En levant la tête, tu crois la voir arriver, au loin. Mila ? Oui, probablement, ça doit être elle, toujours aussi blonde et toujours aussi fine, mais en fauteuil roulant. Elle t’a prévenue au téléphone – à propos de son accident. Une pensée triste t’effleure, et puis s’en va. Tu lui fais un petit geste de la main.

© Cacadum & tumblr



Sometimes I find myself alone regretting Some little fooling thing Some simple thing that I've done I'm just a soul whose intentions are good Oh lord, please don't let me be misunderstood.


PS : Recherche activement RP. Motivée dynamique et volontaire, je postule pour le rôle de partenaire. J'ai pas de CV mais j'vous aime :cute:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bienvenue à Fairbanks

▪ Âge : 20
▪ Discussions : 318
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: Don't worry, be happy ! | pv Mila   17.07.14 14:05


Forget about what i said, the lights are gone and the parties over, forget about what i said, forget about what i said [The Killers] ♪♫ - Leigh-Ann & Mila
Don't worry, be happy!


J'ouvre les yeux et suis surprise de ne pas identifier de suite la pièce dans laquelle je me trouve. Le plafond est gris clair alors que celui de ma chambre est habituellement d'un blanc immaculé. Je fronce les sourcils, me redresse et me souvient avoir passé la nuit dans la chambre d'amis du ranch des sœurs Cleworth. La météo étant trop inconstante hier dans la soirée j'ai préféré ne pas prendre la route pour retourner chez moi au risque qu'un orage éclate durant le trajet. Et puis passer du temps au ranch entre filles m'aide à me changer les idées, passer une soirée et une nuit loin d'Aaron m'a fait du bien et le léger sourire qui illumine mon visage dès mon réveil en est une preuve. En temps normal, le matin je courbe l'échine, fait mine d'être passionnée par ce qui se joue de l'autre coté de la fenêtre bref je fais en sorte d'éviter mon époux. Enfin une matinée normale. Léonora m'aide à m'installer dans mon fauteuil roulant, me mène à la cuisine où je l'aide à préparer des œufs brouillés  tandis que Bonnie sort acheter du pain. On déjeune en chantonnant ce qui passe à la radio et en riant en se remémorant le temps où nous étions gamines et où nous nous fréquentions bien peu ce qui nous donne l'occasion d'apporter chacune de nouvelles anecdotes inconnues des autres. Dire qu'on vivait dans la même ville depuis tout ce temps ! C'est un peu comme avec Leigh-Ann que je m'apprête à rejoindre. Sauf qu'elle je la connaissais déjà du temps des primaires. Elle était une jolie petite demoiselle tout sourire, aimée et entourée d'amis. J'étais la boudeuse de service regrettant d'avoir eu à quitter la base et mes amis, mes frères de sang y vivant pour venir dans cette école de la ville. Avec des professeurs de la ville, des élèves de la ville, un langage de la ville. C'était un peu comme une insulte dans ma tête. A l'époque en tous cas. Je vivais sur la base militaire, un coin reclus, un univers à part. Mon univers. Le seul dans lequel je voulais vivre, dès lors, mes journées d'école étaient un petit enfer loin de mon paradis. C'est la raison pour laquelle je ne me suis jamais ouverte aux autres élèves, cela n'avait jamais été une question de timidité contrairement à ce qu'assuraient les professeurs. Je n'avais juste pas envie de porter de l'intérêt à ces gens extérieurs à mon monde où je retrouverais le sourire une fois que la cloche aurait sonné la fin des cours.

Je remercie Léonora qui me dépose à un coin de rue. Lui faisant signe de la main jusqu'à ce que sa voiture disparaisse à un angle, je reste immobile un instant, hésitant sur mes projets. Il me reste une heure avant mon rendez-vous avec Leigh-Ann et je n'ai pas osé demander à mon amie de me déposer devant chez moi, cela aurait été un détour pour elle seulement, à présent je me retrouve loin de ma villa où j’apprécierais pourtant de me faire une petite toilette avant de rejoindre le café, après tout je n'avais pas prévu de passer la nuit loin de chez moi et je ne me sens donc pas très à l'aise dans les vêtements que m'a prêté Bonnie. Perplexe je fixe ma montre avant de prendre une décision. Je vais rentrer chez moi c'est ce qu'il y a de mieux à faire, quitte à arriver un peu au retard. J'arrive chez moi vingt minutes plus tard, exténuée. C'est plutôt sportif la conduite d'un fauteuil roulant ! Je passe mon visage sous l'eau et coiffe mes cheveux en un chignon haut car je n'ai pas le temps de les démêler. Ensuite j'enfile une chemise de soie blanche à fleurs et une mini-jupe de laine noire avec des nylons que j'ai bien du mal à enfiler vu l’absence de sensations de mes jambes. Des ballerines accordées au ruban de mes cheveux et je suis déjà repartie. Il est quinze heures douze quand j'arrive au McCaffety's. Douze minutes de retard, je m'attendais à pire et Leigh-Ann ne semble pas morte d'ennui, installée en terrasse avec un café. Quelle bonne idée j'en ai bien besoin après cette course allée/retour. Elle me fait signe de la main tandis que j'approche. Je me demande d'abord comment elle a pu me reconnaître d'aussi loin alors que nous ne nous sommes plus vues depuis des années puis je me rappel mon fauteuil roulant et soupire quelque peu avant de lui offrir un sourire. Elle n'a guère changé, elle me parait plus mince, plus gracieuse mais il reste dans ses traits cette gentillesse à toutes épreuves à laquelle je n'ai jamais répondu. D'ailleurs j'ai hésité avant de la contacter, me souvenant avoir été fort injuste avec elle par le passé. Mais j'avais besoin d'une avocate et renouer contact avec elle me semblait une bonne idée. Une occasion de m'excuser, d'apprendre à la connaitre ce que j'avais catégoriquement refusé étant enfant. Et puis depuis que mon monde s’effondre, s’effrite, je ressens un besoin nouveau de renouer avec mon passé, cette époque où tout se déroulait si bien. Dès lors, en deux semaines j'ai recontacté mon cousin, renoué des liens avec Bonnie et aujourd'hui Leigh-Ann. Puisque ce qui constituait mon présent me semble trop fragile que pour être mon avenir, je cherche des ressources dans mon passé. Instinct de survie j'imagine. Cette réaction me pousse aussi à me détacher d'Aaron et je le regrette mais plus que notre couple, c'est moi que je dois sauver. En effet, tant que je ne me suis pas reforgée une existence convenable je serais incapable de m'avancer du point de vue de notre couple. Pour une fois je suis en accord avec ma psychologue.

-Leigh-Ann, je t'ai reconnu de suite! Toujours ce regard bienveillant, cela ne m'étonne pas que tu sois avocate finalement
fis-je avec un sourire tout en remerciant le serveur venu retirer la chaise que j'étais censée occupée libérant ainsi de la place pour mon fauteuil. Je lui commande un Lait Russe et porte à nouveau mon attention sur mon interlocutrice.
fiche par blackheart. - image par crédit.


The Way It Was

«If I go on with you by my side can it be the way it was? When we met did you forget about those golden eyes?
                                                            by The Killers  GUERLAIN
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue à Fairbanks
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't worry, be happy ! | pv Mila   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't worry, be happy ! | pv Mila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?
» don't worry, be happy Δ r o b b i e
» Don't worry, be happy ( Jamaïque )
» Don't worry, be happy!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS 3.0 :: It's a brave new world. :: Holden District. :: McCaffety's.-